Mariage gay : "tous mes vœux de bonheur !"

  • A
  • A
Mariage gay : "tous mes vœux de bonheur !"
@ CAPTURE ECRAN TWITTER
Partagez sur :

REVUE DE TWEETS - Valérie Trierweiler, le PS et plusieurs ministres se sont félicités de l'adoption du texte.

Sur Twitter, les politiques partisans du mariage gay ont laissé éclater leur joie mardi après le "oui" définitif des députés au projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. Florilège.

Devenue plus discrète sur Twitter, Valérie Trierweiler n'a pas résisté à écrire un message sur le réseau social. "Décidément, j'aime beaucoup le 23 avril. Celui-ci encore davantage", a tweeté la Première dame, faisant ainsi référence au 23 avril 2012, lendemain du premier tour de la présidentielle où François Hollande était arrivé en tête.

"Tous nos vœux de bonheur aux futur-e-s marié-e-s!"  a écrit le PS sur son compte Twitter. "Ce jour restera une grande date pour l'égalité. La France a choisi le chemin de la fraternité, pas celui de l'intolérance", s'est félicité le premier secrétaire du PS, Harlem Désir. "Liberté de vous marier. Egalité des droits. Nous nous engageons à reconstruire la fraternité", tweete Chantal Jouanno, une des seules députés UDI à avoir voté pour le texte. "J’ai hâte de marier toutes les Parisiennes et tous les Parisiens qui s’aiment", s'est exclamé la première adjointe à la mairie de Paris, Anne Hidalgo.

Les ministres ont aussi multiplié les tweets, avant ou après le vote historique. "Un grand pas sur le chemin de l'égalité : le mariage est désormais ouvert aux couples de même sexe. Tous mes vœux de bonheur !", a tweeté la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem.  Formule convenue. Marisol Touraine et Cécile Duflot ont été plus originales. Tandis que la ministre de la Santé a rappellé dans une formule étonnante, qu'à "partir d'aujourd'hui, chacun a la liberté de ne pas se marier", sa collègue au Logement se projette 20 ans plus tard. "23 avril 2033 : anniversaire des 20 ans du vote du #mariagepourtous : mes petits-enfants épatés de découvrir que ça n'a pas toujours existé".