Mariage gay : l'ode à la séduction de Taubira

  • A
  • A
Mariage gay : l'ode à la séduction de Taubira
@ REUTERS
Partagez sur :

VIDEO - La ministre a souligné, avec humour, que la loi ne supprimerait pas "les jeux amoureux".

Comme pour son discours d'ouverture, elle a parlé sans notes. Et le plus sérieusement du monde, face aux députés de la majorité qui venaient de lui faire une dernière standing-ovation, Christiane Taubira a lancé, non sans humour : "Il y a des choses que ce texte ne pourra pas accomplir. Il ne supprimera pas le jeu amoureux, ni chez les homosexuels ni chez les hétérosexuels".

Petit traité de séduction

Micro à la main, sur le ton de la confidence, Christiane Taubira s'est ensuite adressée à ses confrères députés. "Il restera toujours beaucoup beaucoup de femmes, pour vous regarder, messieurs, pour vous observer, pour essayer de percevoir derrière vos carapaces la tendresse qui parfois vous habite, pour essayer de percer les défauts qui se cachent parfois sous des dehors affables, et pour discerner dans l'entrelac de vos talents et vos faiblesses si vous êtes capables de tracer des chemins sur la mer, comme l'écrivait Antonio Machado" (poète espagnol, ndlr), a-t-elle dit.









"Une fois qu'elles vous auront jaugés, les femmes décideront soit de vous faire languir, soit de vous séduire", a-t-elle ajouté. "Vous serez toujours, soit en grâce, soit en péril !" a-t-elle dit, avant de citer l'intellectuel Emmanuel Lévinas : 'Penser autrui relève de l'irréductible inquiétude pour l'autre'. C'est ce que nous avons fait tout au long de ce débat", a conclu, philosophe, la ministre, sous une nouvelle salve d'applaudissements.

Damas, Machado, Lévinas ...

Tout au long du débat parlementaire, la garde des Sceaux a multiplié les références littéraires et montré sa culture poétique. Ainsi, Christiane Taubira a cité deux fois des vers du poète guyanais Léon-Gontran Damas, donnant ainsi une leçon de poésie aux députés UMP Hervé Mariton et Marc Le Fur. "Nous les gueux, nous les rien, les chiens, les maigres, les nègres...", avait déclamé la ministre de la Justice.