Mariage gay : ils vont faire oublier Boutin

  • A
  • A
Mariage gay : ils vont faire oublier Boutin
Erwann Binet, rapporteur du projet de loi, et Hervé Mariton, orateur UMP, ne manqueront pas d'occasion de s'écharper à l'Assemblée.@ MAXPPP
Partagez sur :

CASTING - Ces cinq-là pourraient profiter du débat parlementaire pour se révéler.

Le précédent Boutin. Alors que s’approche la date du début de l’examen de la loi sur le mariage pour tous, le 29 janvier, l’exemple de Christine Boutin revient forcément dans les mémoires. En 1998, le RPR avait décidé de confier le poste d’orateur sur la loi sur le Pacs à une députée des Yvelines alors méconnue mais radicale sur le sujet. Omniprésente pendant plusieurs semaines, Christine Boutin avait été abondamment moquée et caricaturée. Ce qui ne l’a pas empêché de se présenter à l’élection présidentielle en 2002  et d’être nommée ministre du Logement en 2007.

>>> Europe1.fr liste les personnalités qui pourraient profiter du débat parlementaire.

# Ils seront la voix de l’UMP

mariton-carre

• Hervé Mariton. A 54 ans, le maire de Crest, dans la Drôme, n’est certes pas un perdreau de l’année. Député depuis 1993, avec une interruption entre 1997 et 2002, Hervé Mariton est désormais un vieux routier de la politique. Mais ni sa longévité ni son (très) bref passage au ministère de l’Outre-mer, entre le 27 mars et le 15 mai 2007 n’ont suffi pour en faire une personnalité politique identifiée par les Français. Ancien de l’UDF et ancien proche de Dominique de Villepin, l’homme a aussi gagné du galon à l’UMP. Il est en effet l’un des rares non-alignés à avoir été nommé dans la direction collégiale, responsable du pôle projet. 2013 pourrait bien être l’année de sa montée en puissance.

Très conservateur sur les questions sociétales, Hervé Mariton est membre de l'Entente parlementaire pour la famille, association réactivée à l'occasion du débat sur le "mariage pour tous". C'est aussi le cas de l'autre orateur de l'UMP, Philippe Gosselin.

• Philippe Gosselin. Pour le quadra Philippe Gosselin, 46 ans, il s’agira plus d’une nouvelle étape dans son ascension politique. D’abord engagé au niveau local, puisqu’il est maire de Rémilly-sur-Lozon depuis 1995, il est entré à l’Assemblée en 2007 en tant que député de la Manche. Très actif dans l’hémicycle, il est membre de la Commission des Lois et a notamment été rapporteur en 2010 de la loi sur la réforme de la garde à vue. A l’occasion du débat sur le mariage pour tous, il pourrait gagner de nouveaux galons et acquérir une stature d’homme politique d’envergure nationale.

# Le rapporteur de la loi

binet-carre
A seulement 40 ans, le soclialiste Erwann Binet a là une occasion en or, peut-être unique, de se faire un nom en politique. Le député de l’Isère, élu pour la première fois au palais Bourbon en 2012, a été désigné par la commission des lois en octobre de la même année, un choix qui ne doit sans doute rien au hasard. L’homme est en effet un catholique assumé, ancien enfant de choeur et ancien scout, un profil inattaquable sur une éventuelle "cathophobie".

Depuis sa nomination, Erwann Binet a multiplié les auditions à l’Assemblée, comme les interventions dans les médias. Sa nouvelle fonction lui a même valu d’être nommé personnalité de l’année par le mensuel culturel Technikart. Il reste cela dit largement méconnu par l’opinion. Cela pourrait changer, puisqu’il sera chargé de défendre le texte et d’éventuels amendements. Mais son poste, bien qu’à fort potentiel médiatique, n’est pas forcément gage de lendemains qui chantent. Patrick Bloche et Jean-Pierre Michel, les deux rapporteurs socialistes de la loi sur le Pacs, n’ont pas franchement profité de l’aubaine en termes de notoriété.

# La ministre

Pas de problème de renommée pour Christiane Taubira, qui a présenté le projet de loi en conseil des ministres le 7 novembre dernier. Sa candidature à l’élection présidentielle de 2002 et sa longue carrière parlementaire (1993-2012) ont fait de la ministre de le Justice une figure bien identifiée des Français. Mais à bientôt 61 ans, elle occupe pour la première fois un poste de ministre. L’opinion aura donc l’occasion de la voir à l’oeuvre. D’autant que la droite ne devrait pas la ménager. Depuis la victoire de la gauche en mai et juin, elle est une des cibles préférées de l’UMP. Et chacune de ses prises de parole dans l’Hémicycle donne lieu à un sensible regain de tension. Du spectacle en perspective.

# Le député en première ligne

poisson-carre
C’est un peu l’outsider. Jean-Frédéric Poisson n’a pas de rôle officiel, mais il ne devrait pas manquer de prendre la parole à plusieurs reprises, par exemple pour défendre certains amendements. L’élu UMP, membre de l’Entente parlementaire pour la famille s’est montré déjà très actif dans les médias et en commissions et il pourrait être l’une des révélations médiatiques du débat. D’autant qu’il est élu dans la 10e circonscription des Yvelines, où il a succédé à une certaine… Christine Boutin.

Un avant-goût des débats à venir :