MAM toujours en pleine turbulence

  • A
  • A
MAM toujours en pleine turbulence
@ MAXPPP
Partagez sur :

Son ami a été blanchi mais l’avion qu’elle a emprunté en Tunisie appartiendrait au clan Ben Ali.

Pointée du doigt pour avoir, en pleine révolte tunisienne, utilisé un jet privé appartenant à Aziz Miled, un homme soupçonné d’être proche du clan Ben Ali, Michelle Alliot-Marie n’est toujours pas sortie de la zone de turbulence.

MAM a toujours présenté son ami comme “une victime du clan Ben Ali“, et précisé que lorsqu’elle prend des vacances "c'est à mes frais, voyages et hôtels". Bien qu'Aziz Miled ait été retiré de la liste noire des personnes proches de Ben Ali, le site Mediapart révèle que cet avion appartiendrait en fait au clan du président déchu.

L’avion de toutes les suspicions

Le site Mediapart écrit vendredi que l'avion utilisé par la ministre appartenait davantage au beau-frère de Zine Ben Ali, Belhassen Trabelsi, qu'à Aziz Miled. Le jet est enregistré au nom de la compagnie Karthago Airlines de Belhassen Trabelsi, qui a fusionné en 2008 avec la compagnie d'Aziz Miled, Nouvelair.

“D'après les relevés de l'office européen d'aviation EuroControl, insiste Mediapart, le jet du scandale (...) est enregistré au seul nom de la compagnie Karthago Airlines, une société fondée par Belhassen Trabelsi, le beau-frère honni de Ben Ali, et pièce centrale du système de corruption tunisien“ rapporte Mediapart.

Selon l'historique des vols du jet que s'est procuré Mediapart, il a été utilisé le 14 janvier, soir de la fuite de Ben Ali, pour faire la liaison Tunis-Cagliari, en Sardaigne. On ignore la destination finale du jet ce soir-là.

Son ami n’est plus sur la liste noire

"Je tiens à vous l'annoncer, Monsieur Miled ne fait pas partie de la liste des personnalités tunisiennes soumises au gel de leurs avoirs par l'Union européenne", a souligné la ministre au cours d'une conférence de presse. La Suisse a en effet retiré vendredi Aziz Miled de la liste des personnalités tunisiennes dont les avoirs ont été gelés. Le 19 janvier, les autorités helvètes avaient en effet décidé de bloquer d'éventuels fonds appartenant au président tunisien déchu et à son entourage, dont Aziz Miled.

La ministre des Affaires étrangères s'est rendue fin décembre en Tunisie, avec son compagnon Patrick Ollier, également ministre, alors que la révolte contre Ben Ali avait commencé. L’opposition a depuis demandé sa démission, tandis que le gouvernement et la majorité ont fait preuve d’un soutien tout en discrétion.