Malek Boutih : "Je suis contre les expulsions groupées"

  • A
  • A
Malek Boutih : "Je suis contre les expulsions groupées"
Partagez sur :

Le sécrétaire national du PS n'a pas clairement condamné les expulsions de 3 Afghans mardi soir.

"Je suis contre les expulsions groupées. Il [Eric Besson] aurait dû plutôt pratiquer à titre individuel les reconduites à la frontière", a expliqué mercredi Malek Boutih, invité de Patrick Cohen et Claude Askolovitch dans Europe 1 Soir. "La loi doit s'appliquer. Elle peut être injuste, mal faite mais (...) les autorités sont obligées de l'appliquer", a-t-il ajouté.

L'ancien président de SOS Racisme, désormais secrétaire national du Parti socialiste, n'a pas clairement condamné les expulsions de trois Afghans vers leur pays d'origine mardi soir par charter. Il a appelé à relativiser ces expulsions : "peut-être qu'hier on a expulsé 30 Maliens et tout le monde s'en fout. Reprenons les proportions et traitons les choses avec un peu plus de sérénité."

Une position qui tranche avec celle de Martine Aubry, qui avait qualifié le vol de "charter de la honte". "C'est un dossier pas du tout travaillé, c'est de l'improvisation, juste un coup médiatique", a dit Malek Boutih.

Malek Boutih a toutefois critiqué la politique d'immigration française : "On a l'impression d'avoir déjà vécu ça depuis 20 ans. On approche de périodes électorales, le numéro recommence. (...) Un grand cinéma autour de l'immigration. Vous verrez dans trois mois, plus personne n'en a rien à faire". "Je constate que le gouvernement actuel est en train d'échouer dans la politique d'immigration (...) comme avaient échoué les gouvernements précédents, y compris ceux de gauche", a-t-il ajouté.

Le secrétaire national du PS demande un débat autour de l'immigration : "On est un des rares pays développés qui n'avons pas de politique transparente de l'immigration. On ne connaît aucun chiffre, on ne connaît pas les procédures. On est dans un pays où des gens qui sont là depuis 20 ans n'ont pas de papiers et d'autres sont arrivés depuis trois jours et qui les ont. Plus rien ne fonctionne."

> Regardez l'intégralité de l'interview de Malek Boutih.

> Eric Besson annonce la reconduite forcée de trois Afghans.