Malade, le socialiste Armand Jung démissionne de son poste de député

  • A
  • A
Malade, le socialiste Armand Jung démissionne de son poste de député
@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Le député avait notamment fait un malaise cardiaque en novembre dans le jardin de l'Assemblée nationale, à Paris

Le député socialiste du Bas-Rhin Armand Jung a annoncé jeudi dans un communiqué qu'il démissionnait de son poste pour raisons de santé, à compter du 1er mars 2016.

Un très grave malaise cardiaque à l'automne. "Le mandat de député est l'une des fonctions politiques les plus nobles. Il requiert une disponibilité personnelle et physique complète", écrit le député de la première circonscription du Bas-Rhin, âgé de 65 ans, dans ce communiqué. Armand Jung explique avoir fait un "très grave malaise cardiaque" en novembre 2015 et qu'ensuite une tumeur buccale lui a été diagnostiquée. Ce malaise cardiaque était intervenu dans le jardin de l'Assemblée nationale, à Paris. Le député avait été pris en charge par les pompiers, qui lui avaient fait un massage cardiaque, puis par le Samu.

Organisation d'une élection législative partielle. "Je ne peux me résoudre à laisser un siège inoccupé à l'Assemblée nationale jusqu'aux prochaines élections législatives, fixées en juin 2017", explique M. Jung, qui précise avoir informé de sa décision le Premier ministre Manuel Valls et le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone. Une élection législative partielle devra être organisée dans les trois mois pour élire son successeur dans cette circonscription qui comprend le centre et l'ouest de la ville de Strasbourg. Ancien suppléant de Catherine Trautmann, Armand Jung préside également le Conseil national de la sécurité routière.

Son suppléant se présentera-t-il à sa place ? Son suppléant, Eric Elkouby, a salué auprès la décision d'un homme qui "a toujours travaillé dans le sens de l'intérêt général et s'est beaucoup donné". Sans vouloir s'avancer sur la probabilité de sa candidature à la succession d'Armand Jung, Eric Elkouby a souligné avoir "une certaine forme de légitimité". "Je suis le suppléant depuis 2007, le collaborateur depuis 1997. Cela fait presque 20 ans qu'Armand Jung et moi travaillons ensemble. Mais il y aura un appel à candidatures au sein du PS", a-t-il dit.