Mal connu des Français, Édouard Philippe apprécié mais pas son action

  • A
  • A
Mal connu des Français, Édouard Philippe apprécié mais pas son action
Le Premier ministre reste mal connu des Français.@ XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :

Selon ce sondage, plus d'un tiers des personnes interrogées n'a pas été capable de donner le prénom et le nom exacts du Premier ministre Édouard Philippe.

Le Premier ministre Édouard Philippe reste mal connu des Français et son action est peu appréciée, notamment le projet de budget pour 2018 jugé "injuste" par une majorité, selon l'enquête hebdomadaire Odoxa-Dentsu consulting pour franceinfo et Le Figaro publiée jeudi. Au cours de cette enquête, 38% des personnes interrogées n'ont pas été capables de donner son prénom et son nom exacts, dont 45% dans les catégories populaires. 

Un Premier ministre rejeté par les électeurs de gauche. Mais sa personnalité plaît néanmoins à la majorité des Français : 55% le jugent dynamique, 54% sympathique et 53% compétent. Son action à Matignon en revanche n'est pas bien perçue : 53% des personnes interrogées la trouvent insatisfaisante. Particulièrement critiques, les sympathisants du Front national (71%) et de gauche (67%). "Il est particulièrement préoccupant pour un exécutif davantage porté au pouvoir par les électeurs de gauche que par ceux de droite d'être désormais majoritairement rejeté par ceux-ci", constate Gaël Slimane, président d'Odoxa, dans un communiqué.

Son action déplaît aux catégories populaires. Par ailleurs, les cadres (54%) et les Français les plus aisés (58%) se déclarent satisfaits de son action contrairement aux catégories populaires (56% des employés et ouvriers), aux chômeurs (69%) et aux Français les plus modestes (56%) qui se disent insatisfaits. Une des explications de cette insatisfaction est le projet de loi de finances pour 2018 présenté mercredi. Deux-tiers des Français (65%) le jugent "injuste". Cette qualification monte à 70% chez ouvriers et employés, 68% chez les retraités, 53% chez les cadres et à 63% chez les sympathisants de la droite parlementaire.

Enquête réalisée les 27 et 28 septembre auprès d'un échantillon de 1.023 personnes représentatif de la population française de plus de 18 ans, selon la méthode des quotas.

001_OF1AN_preview

©PAUL DEFOSSEUX / AFP