Macron souhaite Xavier Bertrand dans son "large rassemblement" face au FN

  • A
  • A
Macron souhaite Xavier Bertrand dans son "large rassemblement" face au FN
Emmanuel Macron, en visite à Sarcelles, dans le Val-d'Oise, jeudi.@ AFP
Partagez sur :

Dans un entretien à la presse régionale, le candidat d'En Marche ! à la présidentielle a indiqué jeudi vouloir un "large rassemblement" allant de Jean-Yves Le Drian à Xavier Bertrand. 

Emmanuel Macron veut "un large rassemblement" allant du ministre PS de la Défense Jean-Yves Le Drian au président LR de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand, face au FN de Marine Le Pen, a affirmé jeudi le candidat d'En Marche! à la présidentielle. "J'aurai un gouvernement et une majorité parlementaire élargis : être élu face au Front national, ce n'est pas comme être élu face à un autre candidat", déclare le candidat dans des extraits d'un entretien à la presse régionale publié par Sud Ouest.

"Je me fiche des clans". "Je me fiche des clans. Les chapelles ne m'intéressent pas. Je veux un large rassemblement. De Jean-Yves Le Drian à Xavier Bertrand, il y a une vraie cohérence", fait-il valoir. C'est la première fois que Emmanuel Macron, qui s'était déjà affiché auprès de Christian Estrosi, cite aussi clairement l'ancien ministre LR de Nicolas Sarkozy comme une personnalité pouvant entrer dans sa future équipe, s'il était élu le 7 mai.



"Ils doivent leur élection à un Front républicain". Quant à l'appel du président de la région Hauts-de-France à voter pour lui, "Xavier Bertrand a tardivement réagi, il aurait gagné à être plus clair plus tôt, vu ce qu'a été la campagne de François Fillon, je le lui avais d'ailleurs dit", juge le candidat d'En Marche !. "Mais il a pris ses responsabilités. Ni lui, ni Christian Estrosi, ne peuvent dire autre chose aujourd'hui : ils savent que s'ils échouent dans leur région, la prochaine fois celle-ci sera gérée par le Front national. Ils savent aussi qu'ils doivent leur élection à un Front républicain", dit-il encore.

Sur le choix du futur Premier ministre : "ne pas faire comme en 2002". Quant à son possible futur Premier ministre, "le fait d'appartenir à un parti ou non ne sera pas le critère pour choisir mon Premier ministre. Je privilégierai la compétence, la capacité à animer une équipe et à tenir des débats parlementaires, mais aussi la loyauté et la cohérence. Mon choix n'est pas totalement fait", explique Emmanuel Macron. "Je ne reproduirai pas l'erreur faite en 2002, qui consiste à faire comme si de rien n'était", assure encore le candidat.