Macron s'"étonne" que la visite de Trump "suscite autant de débats et de protestations"

  • A
  • A
Macron s'"étonne" que la visite de Trump "suscite autant de débats et de protestations"
Le président reçoit son homologue américain jeudi et vendredi.@ TIZIANA FABI / AFP
Partagez sur :

Emmanuel Macron a justifié l'invitation de Donald Trump au défilé du 14-Juillet en évoquant une Histoire commune qui "nous dépasse".

Emmanuel Macron s'"étonne" que la visite de Donald Trump, arrivé jeudi en France et convié vendredi au défilé militaire du 14-Juillet, "suscite autant de débat et de protestations". "J'invite le président Trump et je m'étonne que ça suscite autant de débats et de protestations parce que c'est le centième anniversaire de l'intervention à nos côtés des forces américaines lors du premier conflit mondial", a déclaré le président français lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel.

"Consacrer ce lien". "Il ne faut jamais oublier que notre Histoire nous dépasse. La vie de nos pays nous dépasse. Et les péripéties des caractères ou des tempéraments qui sont les nôtres, les moments que nous vivons, ne doivent pas nous faire oublier cela. C'est ce que nous devons aussi aux États-Unis d'Amérique. Et donc c'est pour consacrer ce lien que j'ai invité le président, ses troupes défileront le 14 juillet aux côtés des nôtres", a poursuivi le président français.

"Continuer de discuter". "Ensuite je vous confirme que ma philosophie, c'est même lorsqu'on a des désaccords de continuer à discuter. Je dirais même surtout quand on a des désaccords", a-t-il expliqué. "J'ai un désaccord fort avec le président Trump, il est connu. Je m'en suis expliqué avec lui, nous le partageons avec la chancelière, c'est sur le sujet du climat. Je le lui ai dit, d'abord de vive voix puis lors de réunion de travail. Je l'ai ensuite fait savoir publiquement. Nous nous sommes affrontés sur ce sujet dans les enceintes internationales où nous avons eu à nous exprimer. Voilà. Il le sait, je le sais", a poursuivi Emmanuel Macron.