Macron et les "fainéants" : Philippe "ne jette l'opprobre sur personne"

  • A
  • A
Macron et les "fainéants" : Philippe "ne jette l'opprobre sur personne"
"Je ne veux pas rentrer dans cette polémique", a répondu le Premier ministre.@ XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :

Le Premier ministre a à nouveau tenté de mettre fin à la polémique, après les propos d'Emmanuel Macron sur les "fainéants".

Édouard Philippe a déclaré mercredi qu'il ne jetait "l'opprobre sur personne", en réponse à une question sur la déclaration polémique d'Emmanuel Macron sur les "fainéants" qui s'opposeraient aux réformes du gouvernement. Vendredi à Athènes, le chef de l'État s'en était pris aux "fainéants", aux "cyniques" et aux "extrêmes" qui s'opposent aux réformes.

Le terme "fainéants" figurait en bonne place mardi sur les pancartes des premières manifestations contre les ordonnances réformant le droit du travail. 

"Pas ceux que vous laissez entendre". "Je ne veux pas rentrer dans cette polémique", a répondu le Premier ministre sur France 2. Ce terme "ne désignait pas ceux que vous laissez entendre qu'ils pourraient désigner. D'ailleurs le président de la République a été très clair après ses propos sur le contexte dans lequel il fallait les entendre", a poursuivi Édouard Philippe. "Moi, je ne jette l'opprobre sur personne". "Ce que je sais, que les Français savent parfaitement, c'est que notre pays n'est pas dans une bonne situation. Que nous vivons, et c'est une spécificité française, dans un pays où le chômage de masse perdure".


"On peut réformer dans la sérénité". "Les Français nous ont demandé de transformer le pays. Ils nous ont demandé d'agir. Ils n'en veulent plus, de ces majorités politiques qui se succèdent et qui constatent le problème mais qui n'avancent pas vers la solution", a poursuivi le Premier ministre. "On peut réformer avec ordre, avec méthode, dans le calme, dans la sérénité, dans la transparence. En acceptant l'idée qu'il y ait effectivement des oppositions qui s'expriment. Et peut-être aussi en expliquant", a-t-il dit.