Macron écourte sa visite à Lyon pour rencontrer Merkel à Tallinn en marge du sommet européen

  • A
  • A
Macron écourte sa visite à Lyon pour rencontrer Merkel à Tallinn en marge du sommet européen
Emmanuel Macron rencontrera Angela Merkel jeudi en fin de journée à Tallinn, à la veille du sommet européen dans la capitale estonienne.@ Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :

Le chef de l'État rencontrera Angela Merkel à la veille du sommet européen pour discuter notamment des propositions françaises de refonte de l'Union européenne.

Emmanuel Macron rencontrera Angela Merkel jeudi en fin de journée à Tallinn, à la veille du sommet européen dans la capitale estonienne, pour discuter notamment des propositions françaises de refonte de l'Union européenne, a indiqué mercredi l'Élysée. En déplacement mercredi et jeudi à Lyon, le président a décidé d'écourter sa visite afin de se rendre plus tôt à Tallinn pour une rencontre bilatérale avec la chancelière allemande programmée vers 19h45 heure locale, avant le dîner informel des dirigeants européens, demandée par cette dernière, a-t-on précisé.

Emmanuel Macron a ainsi annulé un discours prévu à la mi-journée sur la sécurité et quittera donc Lyon vers 13h après une visite sur les berges du Rhône et une rencontre avec les forces de l'ordre. Angela Merkel "a souhaité que nous puissions nous voir avant le dîner, ce qui m'a conduit en effet à réaménager mon agenda", cette rencontre bilatérale étant "pour moi une priorité", a déclaré le président français lors d'une conférence de presse mercredi soir à Lyon avec le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni.

Une visite écourtée par le boycott de son discours par un syndicat ? "J'ai préféré reporter le discours plutôt que d'écourter le temps qui avait été préparé avec les forces de l'ordre sur le terrain parce que je tenais aussi à aller au contact, à aller écouter. Donc tout demain matin, je serai, pendant plus de trois heures, au contact des forces de police, de gendarmerie pour regarder les difficultés concrètes", a-t-il ajouté. "En aucun cas", a encore affirmé Emmanuel Macron, ce n'est "le fait qu'une organisation syndicale ait pris la décision" de boycotter son discours qui a un "impact sur (son) agenda". "Ça n'est donc pas moi qui recevrai quelque syndicat de police que ce soit parce que c'est le travail du ministre d'État, ministre de l'Intérieur" Gérard Collomb, a-t-il lancé.

"Nous ferons quelque chose de plus large" que prévu. "Dès demain, une date sera redonnée pour que je puisse tenir ce discours où je présenterai les grandes lignes de notre politique de sécurité. Et je le ferai en rassemblant évidemment toutes les organisations syndicales que je souhaite voir présentes mais également les responsables de la police, de la gendarmerie de tout le pays. Donc nous ferons quelque chose de plus large que ce qui était prévu" dans le Rhône, a encore dit Emmanuel Macron.

Le sommet européen de Tallinn de vendredi, au départ prévu sur des sujets portant sur le numérique, devrait être finalement largement consacré aux réactions des 27 devant l'ambitieuse réforme de l'UE présentée mardi par Emmanuel Macron, proposant notamment une convergence sociale et fiscale ainsi qu'une force militaire commune, en assumant une Europe "à plusieurs vitesses".