Macron, abstention, vote blanc : chez Mélenchon, on va voter pour décider

  • A
  • A
Macron, abstention, vote blanc : chez Mélenchon, on va voter pour décider
Jean-Luc Mélenchon retrouve ses sympathisants dimanche soir à Paris.@ Reuters
Partagez sur :

Jean-Luc Mélenchon n'a pas donné de consigne de vote pour le second tour. Une consultation doit être organisée par la France insoumise. 

Dimanche, beaucoup de responsables politiques de droite ou de gauche ont appelé à voter pour Emmanuel Macron le 7 mai pour contrer le Front national. Pas Jean-Luc Mélenchon, quatrième homme de cette présidentielle avec 19,62% des suffrages. Affirmant n'avoir reçu "aucun mandat des 450.000 personnes qui ont décidé de présenter [sa] candidature", le candidat de la France insoumise n'a pas donné de consigne de vote claire. "En conscience chacun, chacune sait quel est son devoir, dès lors je m'y range", a-t-il déclaré.

Le mouvement de la France insoumise va organiser un vote auprès de ses 450.000 sympathisants. Une réunion sur les modalités de ce scrutin doit se tenir lundi. "Le vote aura lieu mais rien n'est définitivement acté à cette heure", indiquait au JDD la coordinatrice nationale du Parti de gauche, Danielle Simonnet. Reste à définir l'intitulé de la question posée, ainsi que "l'amplitude du vote", sur un ou plusieurs jours.


Lire aussi notre reportage au QG de Mélenchon dimanche soir en cliquant ici

"Je ne comprends pas qu'on puisse hésiter une demi-seconde"

L'attitude de Jean-Luc Mélenchon a été vivement critiquée. "J'ai du respect pour tous les votes de gauche et Mélenchon, mais ne pas appeler à battre M. Le Pen est une faute et intenable quand on est de gauche", a écrit lundi le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, sur Twitter. "Son discours a manqué de clarté", a pour sa part estimé le ministre socialiste Stéphane Le Foll, déplorant que le candidat de la France insoumise ait "fait transparaître sa déception plutôt que de parler de la France". "Il m'a donné un peu le sentiment de rater une marche de l'histoire. Jean-Luc Mélenchon fera ce qu'il veut" mais "quand on porte les idées qu'il porte, qu'il y a le choix entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, je ne comprends pas qu'on puisse hésiter une demi-seconde", a aussi réagi le secrétaire général d'En Marche, Richard Ferrand.

Le 5 mai, il ne faut pas hésiter! Alors mettez des gants si vous voulez, des pinces, tout ce que vous voulez, mais votez

En 2002, alors que Jean-Marie Le Pen s'était qualifié pour le second tour de la présidentielle face à Jacques Chirac, Jean-Luc Mélenchon - encore élu socialiste - ne tenait pas le même discours. "Le 5 mai, il ne faut pas hésiter! Alors mettez des gants si vous voulez, des pinces, tout ce que vous voulez, mais votez. Abaissez le plus bas possible Le Pen", déclarait-il à l'époque, selon une vidéo de l'INA (à partir de 1'08).



"Nous n'avons jamais imaginé mettre un bulletin de vote pour le FN"

"Nous n'avons jamais imaginé mettre un bulletin de vote pour le FN. Simplement nous avons 440.000 personnes qui ont appuyé cette campagne d'un air vraiment nouveau, les Insoumises et les Insoumis et c'est à eux de décider quelle sera la forme de la consigne ou en tout cas leur avis pour le deuxième tour", a justifié lundi Eric Coquerel, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. "Pas une voix n'ira au Front national. […] Ça peut vouloir dire voter Emmanuel Macron, ça peut vouloir dire prendre un bulletin blanc", a renchéri sur Europe 1 Danielle Simonnet, en insistant sur "le respect de l'intelligence collective qui s'est constituée".


Sur les réseaux sociaux, le hashtag #SansMoiLe7Mai a vu le jour dans la nuit de dimanche à lundi, vers 1h55 du matin. Placé lundi dans les sujets les plus "tendances" sur Twitter, il était l'un des plus partagés et a notamment été repris par plusieurs insoumis. "Les insoumis n'ont plus rien à gagner dans cette élection, mais énormément à défendre par la suite", pouvait-on lire aussi sur le "discord des insoumis", une application de discussion initialement dédiée aux jeux vidéo transposée à la campagne du candidat et au cœur de cette dernière. Et dans le forum consacré au second tour, beaucoup de connectés s'interrogeaient lundi sur la stratégie à tenir le 7 mai prochain : voter Emmanuel Macron "le nez bouché", s'abstenir ou voter blanc.