Macron à La Réunion : "On va encore avoir du Hollande pendant cinq ans s'il est président"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Sur le marché de Saint-Leu, sur l'île de La Réunion, Emmanuel Macron a reçu un accueil globalement chaleureux. Mais certains habitants peinent à croire à un réel changement.

REPORTAGE

Après avoir reçu un accueil triomphal à l'aéroport et deux heures de bouchons plus tard, Emmanuel Macron est arrivé sur le marché de Saint-Leu, sur l'île de La Réunion. Le candidat d'En Marche! offre un large sourire. Certains habitants y sont particulièrement réceptifs. "J'avoue, je suis ravie d'avoir un politique qui se déplace sur l'île de La Réunion. Ça fait plaisir de voir qu'il s'occupe de nous, qu'il ne nous oublie pas, même si on est à 10.000 km de la France", se réjouit une Réunionnaise. Au point de glisser, le 23 avril, un bulletin "Macron" dans l'urne ? "J'étais complètement indécise jusqu'ici, donc peut-être bien, oui…", confie-t-elle

Macron, "ce n'est pas du renouveau". Mais attention, Emmanuel Macron ne fait pas l'unanimité dans les rues de Saint-Leu. Tenus à distance par le service d'ordre, quelques hommes sont venus avec un masque de François Hollande. "C'est pour bien signifier que 'Macron égal Hollande'. Ce n'est pas du renouveau, c'est la continuité ! C'est la casse sociale du gouvernement socialiste depuis 2012. On va encore avoir du Hollande pendant cinq ans si Macron est président", grogne l'un de ces contestataires.

Un plan de lutte pour l'emploi. Le candidat, lui, est venu délivrer un message : l'île de La Réunion est, pour lui, un modèle. "C'est une île dans laquelle il y a diverses cultures, religions, qui ont su cohabiter de manière absolument exemplaire. C'est important car, s'il n'y avait pas cette harmonie dans l'île, avec 30% de chômage, on serait dans une situation catastrophique", insiste Emmanuel Macron. Samedi après-midi, le candidat à l'élection présidentielle présentera aux Réunionnais son plan de lutte pour l'emploi. Un habitant resté à l'écart soupire : "Il est sympa, mais pourquoi devrions-nous le croire plus que les autres ?"