Lutte contre le terrorisme : Bercy aura accès au fichier S

  • A
  • A
Lutte contre le terrorisme : Bercy aura accès au fichier S
@ AFP
Partagez sur :

Cette mesure doit permettre au ministère des Finances d’analyser l’environnement financier et économique des personnes pouvant présenter un risque terroriste.

Le nerf de la guerre, c'est l'argent. Et c'est bien au porte-monnaie des terroristes que la France veut désormais frapper pour prévenir les attentats. Selon les informations d'Europe 1, les agents de Bercy vont avoir accès directement au fichier S, qui répertorie les personnes pouvant présenter un risque. Grâce à cela, ils pourront analyser l'environnement financier et économique des individus fichés, afin de repérer tous les mouvements d'argent suspects.

Agir avant le passage à l'acte. Jusqu'à présent, ce n'est qu'une fois les attentats commis que les enquêteurs avaient réussi à établir des liens entre les terroristes en observant leurs transactions financières. Les investigations sur le fichier S, qui se feront en étroite collaboration avec la DGSE et la DGSI, doivent donc permettre d'agir en amont. Tracfin, l'organisme chargé de la lutte contre le blanchiment d'argent, va voir ses pouvoirs étendus, afin notamment de mieux surveiller les cartes bancaires prépayées. Ces dernières échappent aujourd'hui à la surveillance, et sont donc devenues un maillon essentiel du financement du terrorisme.

Les moyens de Tracfin déjà renforcés. Ce n'est pas la première fois que le ministère des Finances s'empare de la lutte contre le terrorisme. Tracfin avait vu ses moyens renforcés après les attentats de janvier, pour mieux tracer les opérations financières suspectes. Une dizaine de ses agents travaille ainsi exclusivement sur les questions terroristes, s'appuyant entre autres sur les informations transmises par les banques. Jeudi 19 novembre, Michel Sapin a d'ailleurs appelé les banques françaises à une "vigilance extrême".

Encadrer l'usage d'argent liquide. Au printemps, le ministre des Finances avait dévoilé une série de dispositifs pour mieux tracer les opérations financières suspectes. Le plafond des paiements en espèce a été abaissé de 3.000 à 1.000 euros en septembre, et tous les dépôts et retraits d'espèces supérieurs à 10.000 euros cumulés sur un mois sont désormais systématiquement signalés à Tracfin, l'organisme chargé de traquer le blanchiment d'argent.

Réécoutez la chronique d'Alexandre Kara dans le Kiosque, lundi matin à 7h15 :


Bercy : quelles sont ses mesures anti...par Europe1fr