Lurel : la droite est "choquée"

  • A
  • A
Lurel : la droite est "choquée"
Victorin Lurel représentait le gouvernement français aux obsèques d'Hugo Chavez, au Venezuela.@ MaxPPP
Partagez sur :

Plusieurs députés de droite et du centre ont dénoncé les propos du ministre sur Hugo Chavez.

Après la cérémonie, il n'a pas caché son émotion. Le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, chargé de représenter la France aux obsèques d'Hugo Chavez à Caracas vendredi, a déclaré au micro d'Europe 1 : "je dis, et cela pourra m'être reproché, que le monde gagnerait à avoir beaucoup de dictateurs comme Hugo Chavez, puisqu'on prétend que c'est un dictateur". Et ajouté : "il a jusqu'ici et pendant ses 14 ans [au pouvoir] respecté les droits de l'Homme".

"Il était tout mignon". Victorin Lurel a aussi confié ses impressions après avoir vu le cercueil du "Comandante". "Je l'ai trouvé rajeuni, il était tout mignon, frais, pas joufflu comme on le voyait après sa maladie". Quant au fait que le corps d'Hugo Chavez sera embaumé, le ministre français juge que "c'est d'un autre temps". "Lénine a fait ça, Mao a fait ça", rappelle-t-il.

>> A lire aussi : Les adieux du Venezuela à Chavez

"C'était des obsèques nationales, on avait l'impression qu'il y avait là une sorte d'opération, je  pèse mes mots, de sanctification", a-t-il encore ajouté, faisant cette comparaison : "Chavez, c'est de Gaulle plus Léon Blum".

La droite "choquée". La sortie de Victorin Lurel a provoqué une levée de boucliers à droite et au centre. Le député UMP Hervé Mariton s'est ainsi dit "choqué". "Il s'agit d'une faute majeure, d'une faute grave dont il conviendrait que le président de la République, le Premier ministre, s'excusent", a-t-il ajouté. Dès samedi, Yves Jégo, député de Seine-et-Marne et délégué général de l'UDI, s'interrogeait sur Twitter : "il serait temps que Matignon rectifie les propos du ministre Lurel sur Chavez. Sauf si c'est la position officielle ?".

Le député UMP des Alpes-Maritimes Christian Estrosi s'est lui aussi dit "choqué" par les propos de Victorin Lurel.

Quant à Dominique Bussereau, député UMP de la Charente-Maritime, il juge les propos du ministre "hallucinants" et se demande : "syndrome de Stockholm ?". Et Lionnel Luca, député des Alpes-Maritimes, se demande s'il y a "un Premier ministre pour laisser dire autant de fadaises à ses ministres".

La présidente du Medef, Laurence Parisot, a elle aussi jugé "très choquante" la déclaration de Victorin Lurel. "Comment peut-on dire d'un homme qui était un dictateur, un démagogue, qui incarne le populisme dans toute son horreur, puisse avoir les qualités que prétend notre ministre ?", s'est-elle insurgée.

Gêne à gauche. A gauche, Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris, a jugé les propos de Victorin Lurel "un peu rapide, un peu abusif". "C'est excessif de le dire comme ça", a-t-elle lancé lors du Grand Rendez-vous Europe1/i-Télé/Le Parisien, ajoutant : "je pense que tout ça va être corrigé certainement dans la journée". Quant à Julien Dray, ancien député PS, il a dit comprendre que "ces comparaisons peuvent paraître, pour un certain nombre d'entre nous, excessive". Tout en poursuivant : "je comprends aussi la colère de Victorin Lurel au regard de la manière dont, en France, le débat sur le bilan de Chavez a été traité".