Lionnel Luca s’est justifié sur son jeu de mots douteux prononcé mardi soir lors d’une réunion publique au propose de la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, rebaptisée "Rottweiler" pour l’occasion. "C’est pas sympa pour le chien, il faut respecter les animaux", avait cru bon d’ajouter le député UMP des Alpes-Maritimes. "La salle était tendue, lors du meeting, en raison des résultats du 1er tour. J'ai voulu faire un peu d'humour", explique-t-il dans Nice Matin. "C'était un jeu de mots. Je ne me serais jamais permis d'assimiler la compagne de François Hollande à un animal. C'est parce qu'elle a un nom imprononçable...", jure encore l’élu.

Dans un communiqué, le député UMP développe ses arguments, par franchement nuancés. "Que l’on écorche le nom, comme le fait l’humoriste Nicolas Canteloup, de Madame la future (…), c’est un crime de lèse-majesté qu’il faut condamner avec virulence", ironise-t-il, avant d’y voir "une dérive totalitaire de la part d’une gauche médiatico-politique qui s’érige en procureur et moraliste. La liberté d’expression est chaque jour un peu plus menacée dans le pays. (…) Cette polémique puérile et dérisoire est devenue une opération politicienne", déplore Lionnel Luca, avant de conclure d’un tonitruant : "c’est cela le fascisme".