Les vœux des politiques, un exercice démodé ?

  • A
  • A
Les vœux des politiques, un exercice démodé ?
L'allocution de quelques minutes de François Hollande sera enregistrée juste avant sa diffusion.@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Les vœux de fin d'année sont une tradition à laquelle pratiquement aucun politique ne déroge, mais qui est difficile à rajeunir sans risquer le ridicule, constate des conseillers en communication.

Samedi soir, à 20 heures, François Hollande adressera ses tout derniers vœux aux Français. Une allocution de quelques minutes, enregistrée un peu avant sa diffusion. Un mois après avoir annoncé qu'il ne briguerait pas un second mandat, François Hollande devrait mettre en avant certains aspects positifs de son bilan, comme le recul du chômage. Et à l'approche de l'élection présidentielle, il devrait aussi se présenter comme défenseur du modèle social français.

Un exercice "un peu ringard". Les vœux, c'est une tradition à laquelle se livrent quasiment tous les politiques. "C’est un peu ringard, oui, mais il faut le faire", résume un conseiller. Les candidats à la primaire de la gauche seront certainement les plus prompts à faire entendre leurs vœux pour 2017. Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Manuel Valls mettront ainsi en ligne une vidéo dans la journée, tout comme à droite François Fillon et Marine Le Pen. Benoît Hamon attendra la journée du 1er  janvier. Pas de précipitation non plus chez Emmanuel Macron qui devrait s’exprimer la semaine prochaine.

Un cadre particulier.Nicolas Dupont-Aignan a été le premier prétendant à l’Élysée à s’y mettre, dès vendredi. "Je forme le vœu que notre pays que nous aimons tant, la France, redevienne la France", a notamment déclaré le fondateur de Debout la France depuis le couloir d’un hôpital public, dénonçant pour l’occasion ce qu’il considère comme "la politique destructrice depuis vingt ans de notre système de santé, de notre école, de notre aménagement du territoire, de nos emplois, de notre sécurité".

La simplicité, un gage d’efficacité. Il y a quelques années, Hervé Morin avait fait un four en enregistrant son message dans sa cuisine. Entre les vœux formels et la fausse décontraction, "le mieux c’est de faire simple", sourit un professionnel de la communication politique. "Chaque année on se prend la tête pour avoir la bonne idée, et on ne trouve pas…"