Les vacances en pointillés de Hollande

  • A
  • A
Les vacances en pointillés de Hollande
Malmené par un sondage et les critiques de l'UMP, le chef de l’État multiplie les déplacements.@ Reuters
Partagez sur :

Malmené par un sondage et les critiques de l'UMP, le chef de l’État multiplie les déplacements.

C'est le sondage qui met des nuages dans le ciel des vacances du président. Selon une enquête publiée samedi par le Figaro, plus de la moitié (54%) des Français se disent "mécontents" de l'action de François Hollande après 100 jours de présidence. À cela s'ajoutent les critiques acerbes de l'UMP, qui l'accuse d'"attentisme" dans le dossier syrien. Depuis, le président multiplie les initiatives, interrompant ses vacances à plusieurs reprises.

» Lire aussi : "Hollande, déjà la fin de l’État de grâce ?"

Syrie : Hollande répond à l'UMP

Samedi, après l'hommage national rendu au 88e soldat français mort en Afghanistan à Varces, en Isère, François Hollande a en effet effectué un crochet impromptu par le CHU de Grenoble. Il s'est rendu au chevet des victimes d'un braquage ultra-violent survenu vendredi. Quittant l'hôpital, il a annoncé que Grenoble pourrait rejoindre la liste des zones prioritaires de sécurité, soulignant "l'action résolue" du gouvernement contre les trafics d'armes en France.

Lors de l'hommage au soldat afghan, François Hollande a également profité de l'occasion pour répondre aux critiques de l'opposition sur le dossier syrien. "La France est engagée dans la recherche obstinée d'une solution politique en Syrie. Et elle remplit son devoir humanitaire, avec le déploiement d'un hôpital de campagne en Jordanie, au plus près de la frontière avec la Syrie, pour venir en aide aux réfugiés et aux combattants syriens", a détaillé le chef de l’État.

» Lire aussi : "Syrie, l'UMP épingle Hollande"

Sur le dossier syrien, c'est un bref communiqué de Nicolas Sarkozy évoquant un entretien de "près de 40 minutes" avec le chef de la principale formation de l'opposition syrienne qui a déclenché mardi une offensive concertée de l'UMP contre le locataire du fort de Brégançon. Dénonçant "l'inertie de la diplomatie française", le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé a ensuite exhorté François Hollande à interrompre ses vacances pour prendre "une initiative diplomatique forte". L'ancien Premier ministre François Fillon lui a de son côté demandé de se rendre au plus vite à Moscou pour tenter de convaincre Vladimir Poutine de lâcher Assad.

Hommage à des gendarmes mardi

Mardi, cent jours précisément après son élection, le chef de l’État délaissera de nouveau et pour quelques heures sa villégiature du fort de Brégançon, résidence officielle et estivale du président de la République, pour rejoindre à une trentaine de kilomètres de là, Pierrefeu-du-Var.

Accompagné du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, il rencontrera la brigade de gendarmerie endeuillée de cette bourgade. Le 17 juin, une intervention qui s'annonçait banale y avait viré au drame. Deux femmes gendarmes de la brigade avaient été abattues par un homme. Le chef de l’État "fera une déclaration à la presse", a déjà prévenu l'Elysée, sans plus de précisions.