Les syndicats ne baissent pas les bras

  • A
  • A
Les syndicats ne baissent pas les bras
@ REUTERS
Partagez sur :

Malgré la baisse de la mobilisation, les manifestations du 6 novembre prochain son maintenues.

Comme redouté par les syndicats, les manifestants étaient moins nombreux jeudi que lors des précédentes manifestations : de 560.000 à 2 millions de personnes, selon les sources, contre 1,1 à 3,5 millions le 19 octobre dernier.

Malgré ces chiffres à la baisse, les syndicats ne veulent pas baisser les bras. Ils ont ainsi maintenu leur prochaine journée d’action, la huitième depuis la rentrée de septembre, pour le samedi 6 novembre prochain.

Prochaine journée : le 6 novembre

Deux scénarios restaient possibles pour les syndicats. En maintenant cette journée, ils prennent le risque de rassembler encore moins de monde que jeudi, et d’offrir ainsi malgré elles un argument de poids pour le gouvernement. L’autre choix, annuler cette journée, aurait été interprété comme un aveu d’échec, et un risque d’une crise profonde avec la base qui reste mobilisée.

Mobiliser toujours plus

Mais la CGT ne désespère pas ainsi de réunir autant, voir plus de manifestants, le 6 novembre prochain. "Je suis convaincu qu'il y aura de nouveau énormément de monde", a ainsi affirmé Bernard Thibault, son secrétaire général. "Il n'y a pas d'ambiguïté, la mobilisation doit et peut encore se poursuivre en définissant sur chaque lieu de travail les formes d'action les plus adaptées et unitaires pour être entendus".

Le syndicat juge d’ailleurs que les chiffres de jeudi sont loin d’être catastrophiques. "La forte détermination des salariés, des retraités, des jeunes est aujourd'hui, en pleine période de congés scolaires, une réponse spectaculaire au gouvernement et au patronat qui appellent à ranger les banderoles ou à passer à autre chose", affirme ainsi la CGT dans un communiqué.

Contre la loi promulguée

Et si la loi sur la réforme des retraites a été définitivement votée mercredi, les organisations syndicales souhaitent toujours qu’elle soit ajournée. Bernard Thibault a ainsi demandé au président de la République de "surseoir à la promulgation" de la loi pour ouvrir "des négociations sérieuses avec les syndicats". Même son cloche du côté de la CFDT. "Nous continuerons à la contester et à tout faire pour qu'elle soit réformée", a ajouté François Chérèque, son secrétaire général. "Ce n'est pas parce qu'une loi est promulguée, qu'elle est votée, qu'elle devient juste".