Les socialistes subissent un échec d'une ampleur inattendue

  • A
  • A
Les socialistes subissent un échec d'une ampleur inattendue
Partagez sur :

Rattrapé par Europe Ecologie et largement distancé par l'UMP, le PS a subi dimanche un revers aux élections européennes, avec un score estimé entre 16,8% et 17,5%.

Les sondages prédisaient un mauvais score pour le Parti socialiste, mais le scenario s’est avéré bien plus catastrophique pour le principal parti d’opposition dimanche. Une "contre-performance", a tenté de relativiser dimanche la direction en promettant "rénovation et unité". Mais les résultats sont là.

Avec un score estimé entre 16,8% et 17,5% au scrutin des européennes, le PS se place loin derrière l’UMP, et quasiment à égalité avec le parti Europe Ecologie. Durant la campagne, les sondages situaient le PS entre 19 et 22%, le résultat se révèle "calamiteux", selon un cadre, avec le plus mauvais score depuis les européennes de 1994 (14,4% pour Michel Rocard).

"Je prends toute la mesure de la responsabilité du Parti socialiste", a affirmé d'une voix très émue la première secrétaire Martine Aubry, qui voit son premier test électoral s'achever en grave échec. "Le Parti socialiste a souffert de ses batailles internes et de ses divisions (...) je mets toutes mes forces pour le rassembler (... ) le Parti socialiste a besoin d'une profonde rénovation", a martelé la première secrétaire du parti, six mois après son élection difficile à la tête du parti.

Au sein du parti, les critiques fusent : Vincent Peillon, tête de liste dans le Sud-Est tonne : "le PS est affaibli", il "paie ses divisions". Pour Jack Lang le "PS a cessé provisoirement d'incarner l'espérance". "Avertissement très sévère pour le PS", a commenté Pierre Moscovici. "C'est une catastrophe... " Ca va secouer...": plusieurs leaders commentaient ainsi ces résultats. Un proche de Benoît Hamon regrettait l'absence de "dynamique de la gauche", "les thèmes de campagne" qui n'ont pas convaincu.

Le porte-parole, Benoît Hamon, 3eme sur la liste en Ile-de-France, et considéré comme un de ses poulains, ne devrait pas retrouver son siège d'eurodéputé, selon des estimations.

Enfin Harlem Désir (PS), tête de liste socialiste aux élections européennes en Ile-de-France, a fait part de sa déception, dimanche soir sur Europe1 :