Les Roms vus par "Monsieur et Madame"

  • A
  • A
Les Roms vus par "Monsieur et Madame"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

Les politiques se sont affrontés sur l’expulsion des Roms. Retour sur les phrases de la semaine.

Madame Double - "Je pensais que l'Europe ne serait plus le témoin de ce genre de situation après la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit de valeurs fondamentales sur laquelle depuis la Seconde guerre mondiale on a construit l’Europe : plus de déportations en masse, plus de gens qui sont stigmatisés parce qu’ils appartiennent à une race, à un groupe ethnique ou une nationalité", a lancé mardi la commissaire européenne à la Justice et aux Droits des Citoyens à propos de la politique d’expulsion des Roms de la France. Viviane Reding a dû dès le lendemain de ses déclarations présenter ses excuses.

Monsieur Maladroit - Devant des sénateurs, Nicolas Sarkozy a suggéré mercredi à Viviane Reding d'accueillir des Roms au Luxembourg, son pays d'origine.

Monsieur Grognon - "L'aéroport (parisien) de Roissy, ce n'est pas Drancy" - principal lieu d'internement et de départ des déportés juifs de France vers les camps d'extermination nazis -, a rappelé le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Pierre Lellouche à Viviane Reding.

Monsieur Non - Le porte-parole du gouvernement allemand a rétabli la vérité après la déclaration du chef de l’Etat français devant la presse à Bruxelles jeudi. "La chancelière Angela Merkel n'a parlé ni lors du Conseil européen, ni lors d'entretiens en marge du Conseil avec le président français Sarkozy de prétendus camps de Roms en Allemagne, et en aucun cas de leur évacuation", a-t-il assuré.

Monsieur Saugrenu - Comme si de rien n’était, le chef de la diplomatie française a affirmé vendredi sur Europe 1 qu’il n’y a pas eu d’ "incidents" à proprement parler jeudi à Bruxelles, entre la France, la Commission et les autres partenaires européens. Tout juste peut-être "trois mots échangés avec un peu de vivacité", "des échanges sincères", a toutefois convenu Bernard Kouchner.







Monsieur Inquiet - "Supposons que Nicolas Sarkozy devienne soudain fou, comme il semble que cela est en train de se passer", s’est alarmé lundi l’ancien dirigeant cubain Fidel Castro.

Monsieur Malin - "Vous connaissez mon ami Eric Besson ?", a déclaré tout souriant le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux jeudi à l’adresse des journalistes. Les deux hommes se sont affichés ensemble, alors que les tensions entre les deux hommes ont été palpables sur le dossier des Roms.