Les retraites, un enjeu pour les socialistes

  • A
  • A
Les retraites, un enjeu pour les socialistes
Partagez sur :

Grand rendez-vous social de 2010, le PS s’organise pour faire des propositions face au projet de réforme du gouvernement.

"C'est sans doute sur les retraites que pèsent les plus grands risques. C'est le grand rendez-vous social de 2010" : déclaration de Martine Aubry, mardi, lors de ses vœux à la presse. La première secrétaire du Parti socialiste a promis de s’attaquer aux projets de réforme de Nicolas Sarkozy. Et le débat des retraites risque d’être de grande envergure.

"C'est un gros dossier, extrêmement lourd et extrêmement important, qui devra nous permettre de consolider le système par répartition", a renchéri Benoît Hamon, porte-parole du PS. Le parti s’est d’ores et déjà investi dans la bataille. "On voit du monde, on consulte, nous recevrons les syndicats : on a absolument besoin de rassembler la gauche politique et la gauche sociale", a-t-il expliqué. Un groupe de travail se réunit chaque semaine pour discuter du sujet et des réunions sont notamment prévues avec les organisations syndicales début février.

"Il n’est plus possible qu’il faille cotiser plus longtemps pour une retraite plus modeste", a assuré le porte-parole du PS. Le parti souhaite faire peser un effort supplémentaire sur les entreprises et notamment remettre à plat les exonérations patronales ou encore taxer les produits financiers.

Le parlementaire socialiste René Teulade a appelé à ne pas se limiter à un débat strictement financier. "La question des retraites relève d'un choix de société", a-t-il dit, appelant notamment à réfléchir au "rôle actif, social et économique" que peuvent avoir les retraités dans la société. "Ce sont l'emploi, la croissance, la répartition des richesses et en fin de compte la notion de politique économique et sociale qui déterminent la capacité de nos systèmes de retraite à tenir leurs engagements", a-t-il poursuivi.

Une chose est sûre : les détails des réflexions organisées seront arrêtés fin mars. Après les élections régionales.

> Le PS veut une loi sur le vote des étrangers