Les propos de Jacob, "une provocation"

  • A
  • A
Les propos de Jacob, "une provocation"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les syndicats ont fustigé les propos de Jacob qui parle "d'embauche à vie" des fonctionnaires.

"C'est de la provocation. C'est inacceptable", a fustigé Christian Chevalier, vendredi sur Europe 1. Le secrétaire général du syndicat enseignant Unsa revenait sur les propos tenus par le patron des députés UMP, Christian Jacob, qui s'interroge sur "la pertinence" de "l'embauche à vie des fonctionnaires", dans un entretien au mensuel Acteurs publics.

"On touche aux fondements de la fonction publique"

"Lorsque j’étais ministre, j’en avais parlé de manière informelle avec les syndicats. L’accueil avait été frais, mais il ne faut pas s’interdire d’en débattre. Comme il ne faut pas s’interdire non plus de réfléchir à la pertinence de l’embauche à vie des fonctionnaires", avait lâché le député-maire de Provins avant d'ajouter : "Ne pourrait-on pas envisager, à l’avenir, des contrats d’objectifs sur cinq ou dix ans, qui permettraient à des gens de passer du secteur privé au secteur public et vice versa ?".

Un message que réfute Christian Chevalier : la proposition de Christian Jacob "touche aux fondements de la fonction publique. Les gens pourront être licenciés au gré des alternances politiques. C'est cela qu'il y a derrière. Or, l'Etat a besoin d'une fonction publique qui assure la continuité", a ajouté le syndicaliste.

Christian Jacob "démagogique" et "à côté de la plaque"

Jean-Marc Canon, secrétaire général de la CGT Fonction publique, a également réagi aux propos de Christian Jacob. "Dans tous les cas de figure, les déclarations de M. Jacob sont totalement à côté la plaque" et "démagogiques", a-t-il déclaré. "

S'il s'agit de recruter des agents en CDD, je dis et redis qu'il y en a déjà plus que dans le privé", a-t-il martelé. "Ou alors, il faut nous dire que sa vision du marché du travail, public ou privé, c'est de n'avoir que des agents précaires recrutés sur CDD", a-t-il ajouté.

Jacob répond aux syndicats de fonctionnaires

Devant le tollé naissant, le patron des députés UMP a tenu précisé son propos, sur Europe 1 : les contrats qu'il propose ne s'appliqueraient qu'aux nouveaux arrivants et ne concerneraient que les cadres.