Les politiques "plutôt corrompus"

  • A
  • A
Les politiques "plutôt corrompus"
@ MAXPPP
Partagez sur :

C’est ce que pensent 64% des Français, un score proche de ceux enregistrés dans les années 90.

Près de deux Français sur trois (64%) jugent les dirigeants politiques "plutôt corrompus", selon un sondage Viavoice à paraître lundi dans Libération. A la question "de manière générale, diriez-vous que les dirigeants politiques sont...", 64% répondent "plutôt corrompus", 29% "plutôt honnêtes". 7% des personnes interrogées ne se prononcent pas.

Un désaveu majeur

Pour le directeur associé de Viavoice, François Miquet-Marty, "ce désaveu majeur est particulièrement prononcé par les Français les plus modestes : 74% des ouvriers et 73% des employés souscrivent à l'idée de "corruption" des dirigeants politiques, contre 54 % des cadres".

"Un tel score global (64 %) est particulièrement élevé", il l'est "massivement plus que les données recueillies il y a 30 ans" et il "renoue avec les records enregistrés au début des années 1990, lorsque le Parti socialiste était lui-même dans la tourmente", ajoute-t-il. Ce résultat, souligne aussi François Miquet-Marty, "signe l'échec de la promesse du candidat Sarkozy, qui plaidait, lors de la campagne de 2007, en faveur d'une "République irréprochable"".

38% en 1977, 65% en 1991

Le responsable de Viavoice rappelle que, depuis les années 1970, la Sofres pose régulièrement une question proche : "Diriez-vous qu'en règle générale, les élus, les dirigeants politiques sont plutôt honnêtes ou plutôt corrompus ?".

Selon ce baromètre, note-t-il, 38% des Français estimaient en 1977 que les "élus" et les "dirigeants" étaient corrompus. Ils étaient 46% à le penser en 1990, 65% en 1991, dans le contexte des "affaires" qui entachaient alors le PS, et 58% en 2002.

Des mesures insuffisantes

Interrogée mardi sur l'affaire Bettencourt/Woerth, Ségolène Royal, ex-candidate PS à l'Elysée, avait utilisé le terme "corrompu" pour qualifier le "système Sarkozy", des propos vivement dénoncés par l'UMP. Les sondés estiment également à 75% que "les mesures de réduction du train de vie de l'Etat et notamment des ministères", annoncées par le président Nicolas Sarkozy, ne sont "pas suffisantes", 20% les jugeant "suffisantes" et 5% ne se prononçant pas.

Ce sondage a été réalisé les 1er et 2 juillet par téléphone auprès d'un échantillon de 1.005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.