Les politiques en chantant

  • A
  • A
Les politiques en chantant
@ Max PPP
Partagez sur :

Cette semaine, les politiques ont multiplié les références musicales. Parfois à leur insu.

La classe politique a le cœur chantant. Revue de détail des meilleures répliques de la semaine.

Surfing USA. "On a Madame Démagogue, qui effectivement en jette, qui surfe sur les préjugés", a lancé la candidate de Lutte ouvrière à la présidentielle, Nathalie Arthaud au sujet de la candidate FN. La candidate communiste a estimé jeudi sur BFMTV et RMC que Marine Le Pen "fait le jeu du patronat quand elle divise les travailleurs et quand elle masque les véritables responsables du chômage, de la misère dans le pays".

Thriller. "Ils sont prêts à ressusciter le Parti communiste avec son cortège, de folie, de violence et d'anarchie pour pouvoir gagner!" Marine Le Pen a déploré vendredi une résurrection du Parti communiste français. Elle a notamment critiqué les louanges chantées par l'UMP à Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, coalition dont est membre le PCF.





Marine Le Pen : "La droite a été complètement...par FranceInfo

Cassez la voix. "Ça va vous paraître totalement ringard mais j’aime bien sa voix". Cette confession est signée Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche. "D’accord, c’est l’épouse du président de la République, mais c’est madame Carla Bruni, un dame à part entière, qui a sa vie", a-t-il confié lundi au micro de Pascale Clark, sur France Inter.





Emmenez-moi. "Vous croyez qu'on peut, demain matin, faire le Smic à 1.700 euros, la retraite à 60 ans à taux plein et créer 800.000 postes dans la fonction publique... en une minute, ce serait emmener le pays à un effondrement." Français Bayrou, le candidat du Modem a déploré vendredi les positions extrêmes de certains candidats, et notamment celles de Jean-Luc Mélenchon.

Motivés. "Si je suis là, si je me fais chier depuis huit mois, c'est bien que je suis motivé!" Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), a affirmé mercredi soir sur France 2 qu'être président n'était pas son "rêve". Il a précisé sur le plateau de des paroles et des actes qu'il se présentait à la présidentielle pour "contester un système".