Les politiques aux Urgences

  • A
  • A
Les politiques aux Urgences
@ EUROPE 1
Partagez sur :

Les petites phrases de la semaine sentent bon la bétadine. Europe1.fr a sélectionné les meilleures.

La zone euro est en crise, le chômage est au plus haut, le climat se réchauffe, bref tout va de travers... et les déclarations des hommes et femmes politiques, de droite comme de gauche, résonnent de plus en plus comme dans un couloir d'hôpital, au service des Urgences. Imaginez un patient, pris d'une maladie soudaine, qui se retrouve dans l'hôpital le plus proche... Et découvrez le meilleur des petites phrases de la semaine.
 

Appelez le 18 d’abord. "La situation est si mauvaise qu'il nous faut un Bayrou de secours", a commenté Jean-François Kahn qui a apporté son soutien à la candidature du président du MoDem à la présidentielle.

Otez vos vêtements ensuite.  Dominique Strauss-Kahn "pouvait parfaitement ignorer" qu'il s'agissait de prostituées, "parce que dans ces soirées, on n'est pas forcément habillé. Et je vous défie de distinguer une prostituée nue d'une femme du monde nue", a commenté Me Henri Leclerc, un des avocats de Dominique Strauss-Kahn.

Un symptôme inquiétant à auscultation ?Jean-François Copé a refusé de spéculer au micro d’Europe 1 sur une possible perte du AAA français, malgré les menaces de l’agence de notation Standard and Poor's. "Il s'agit seulement d'une alerte. Pour les Français, c'est une chance", a-t-il certifié.

L’opération sera difficile. "Ça ne se présente pas bien", a reconnu vendredi sur Europe 1 la ministre française de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet alors que l’avenir du climat est une nouvelle fois en discussion, cette fois à Durban, en Afrique du Sud.

Des "dégâts extrêmement graves". "Si Greenpeace peut rentrer dans une centrale [comme celle de Nogent-sur-Seine, lundi, NDLR], imaginez des terroristes. Quand on parle de la sécurité du nucléaire, ça aussi c'est de la sécurité. Imaginez d'autres militants qui n'aient pas d'aussi bonnes intentions. Cela pourrait faire des dégâts extrêmement graves", a réagi Daniel Cohn-Bendit dans Europe 1 soir.