Les nouvelles têtes de la "dream team" d'Hollande

  • A
  • A
Les nouvelles têtes de la "dream team" d'Hollande
Hollande a dévoilé son équipe de campagne@ REUTERS
Partagez sur :

Engagés depuis longtemps ou récemment ralliés, ils étaient jusqu’à présent hors des projecteurs.

Le candidat socialiste François Hollande a dévoilé, mercredi, son équipe de campagne. Parmi eux des personnalités que l’on voyait peu, jusqu’à présent, dans les médias. Cela risque de changer. Europe1.fr vous fait découvrir ces nouveaux visages socialistes.

Fleur Pellerin, chargée des questions numériques

fleur-pe2

37 ans, énarque, elle est conseillère à la Cour des comptes.

"Pur produit de la méritocratie française", elle a déjà eu droit à son portrait dans Libération : "la hussarde de la diversité". Fleur Pellerin est née en 1973 en Corée et a été adoptée en France, l’année suivante. Son engagement en politique date de son adhésion au Club XXIe siècle, l'élite des minorités visibles. Il y a quatre ans seulement. Depuis sa ascension a été fulgurante : très proche de François Hollande, le PS pourrait bien lui réserver une circonscription pour les législatives. Reste que sa nomination "au numérique", alors qu'elle vient de la Cour des comptes est déjà raillée par la droite via les réseaux sociaux. Ici, par exemple, sur le site Twitter :





290 followers, woaw, une experte ;-) RT @Hollande2012_: félciite @fleurpellerin chargé du pôle "économie numérique" pour @fhollande#FH2012

Nov 16 via EchofonFavoriteRetweetReply




Bernard Cazeneuve, porte-parole

 

cazeneuve-DIAPO

© MAXPPP

47 ans et "presque né" socialiste selon ses dires. Il sera l’un des quatre porte-parole d'Hollande.

Il n'est pas franchement un petit nouveau en politique, mais jusqu'ici, il était inconnu du grand public. D'apparence austère, Bernard Cazeneuve est né en 1963 dans l’Oise où il est tombé, petit, dans la marmite du PS : son père était responsable du parti dans la région et son engagement à lui date d'un meeting de François Hollande auquel il avait assisté jeune. Diplômé de l’IEP de Bordeaux, passé par la Banque populaire, le nouveau porte-parole d'Hollande a travaillé dans plusieurs cabinets ministériels. Aujourd’hui, il "cumule" les fonctions de député-maire de Cherbourg et président de la communauté urbaine de la même ville.



Marie-Hélène Aubert, Madame Ecologie

marie-helene-aubertDIAPO

56 ans, proche de Cohn-Bendit, elle s’est présentée aux dernières cantonales sous l’étiquette Europe-Ecologie-Les Verts.

Et voici une non-PS dans l'équipe du candidat pour 2012. Titulaire d’une maîtrise d’Anglais, Marie-Hélène Aubert est professeur-documentaliste. Née en 1955 en Loire-Atlantique, elle a la réputation d'avoir un caractère bien trempé : pour preuve, elle a claqué la porte des Verts en 2008 pour fustiger la paralysie du parti. Cette nouvellement-ralliée au camp Hollande a été députée de l’Eure-et-Loire de 1997 à 2002 et parlementaire européenne de 2004 à 2009. 



George Pau-Langevin, chargée des questions sociétales

georgeDIAPO

63 ans, députée et bien ancrée à Paris. 

Ancienne présidente du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples, George Pau-Langevin est membre du PS depuis 1975. Née en 1948 en Guadeloupe, elle a fait ses études à la Sorbonne et a exercé comme avocate. Députée, elle est également conseillère municipale à Paris. Son principal fait d’arme : être l’auteure d'une proposition de loi visant à lutter contre les discriminations liées l'origine.



Mireille Le Corre, à l'offensive sur l'immigration et l'intégration

mireille930
35 ans, énarque et forte tête.

Née à Nantes, Mireille Le Corre planchera sur les questions d’intégration. Domaine qu’elle connaît bien pour avoir été directrice générale adjointe de FASILD (Fonds d'action et de soutien pour l'intégration et la lutte contre les discriminations). Elle est également connue pour un coup d’éclat : en 2009, alors secrétaire nationale du PS à la Santé, elle démissionne de la direction du parti et annonce qu’elle votera contre les listes socialistes pour les européennes, constituées par la direction. Pourquoi ? "Au nom de la rénovation et de l’éthique politique", répondra-t-elle.