Les ministres reçus 25 sur 25

  • A
  • A
Les ministres reçus 25 sur 25
Ils étaient 25 ministres candidats aux législatives, ils sont 25 à être élus.@ REUTERS ET MAXPPP
Partagez sur :

Tous les membres du gouvernement candidats obtiennent un siège à l'Assemblée.

C'est le grand chelem pour les ministres. Tous les membres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault candidats aux élections législatives ont été élus ou réélus dimanche, selon les résultats officiels à l'issue du second tour. Ils étaient 25 candidats à avoir tenté leur chance, malgré la règle imposée par le Premier ministre, selon laquelle tout ministre battu devait quitter le gouvernement.

Six d'entre eux ont été élus dès le premier tour, parmi lesquels Jean-Marc Ayrault lui-même et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

LES BATAILLES PAS GAGNÉES D'AVANCE

Pour certains de leurs collègues, le combat était loin d'être gagné d'avance. 

 • Marie-Arlette Carlotti tient sa revanche 

Dimanche, c'est la ministre déléguée chargée des Personnes handicapées dont le sort était le plus incertain. Elle a finalement obtenu 51,81% des voix face au député UMP sortant Renaud Muselier, après deux échecs aux précédentes législatives de 2002 et 2007. "Au regard de la tâche qui m'attend, je veux être désormais une bonne ministre et je veux être également au service des Marseillaises et des Marseillais", a-t-elle confié au micro de France3.

• Fioraso, plus facilement que prévu

Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur, est réélue avec 58,34% des voix face au candidat UMP Jean-Claude Peyrin. La victoire était pourtant loin d'être acquise. À l'issue du premier tour, elle s'était retrouvée en ballotage avec 38,3% des voix. Face à elle, Jean-Claude Peyrin n'avait fait que 17,8%, mais il disposait a priori d'une large réserve de voix, le candidat DVD ayant réuni 16,6% des électeurs.

• Le Foll remplace Fillon

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a quant à lui ravi à l'UMP l'ancienne circonscription de l'ex-premier ministre François Fillon, la quatrième circonscription de la Sarthe. C'était la troisième fois qu'il se présentait dans cette circonscription.

• Moscovici, Filippetti, Hamon et Lamy s'en sortent

Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, a profité d'une triangulaire avec l'UMP et le Front National dans la quatrième circonscription du Doubs et a été élu avec 49,32%. La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a battu son adversaire UMP avec 59,01% des voix, dans une circonscription mosellane plutôt à droite, où elle se présentait à la suite du découpage de son ancienne circonscription. Benoît Hamon, ministre délégué auprès du ministre de la Justice, est lui élu dans les Yvelines avec 55,38% des suffrages. Il bat le député UMP sortant Jean-Michel Fourgous qui obtient 44,62% des votes. François Lamy (Ville) qui était lui aussi en ballotage serré a gagné avec 57,77%.

LES VICTOIRES HAUT LA MAIN

Pour beaucoup d'autres ministres, la bataille semblait plus facilement gagnable.

• Duflot, le cadeau en or

Dans la 6ème circonscription de Paris, traditionnellement acquises à la gauche, Cécile Duflot, la ministre du Logement,  est élue avec 72% des voix. La 6e circonscription était un cadeau en or pour la leader écolo, finalement soutenue par la députée PS sortante Danièle Hoffman-Rispal, élue à 69% en 2007.

• George-Pau Langevin, un score sans appel

La ministre déléguée à la Réussite éducative, George-Pau Langevin, dans la 15e circonscription de Paris, a été élue avec 73 % des voix face à l'UMP Nathalie Fanfant.

• Valls reste sur son siège sans forcer

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a conservé son siège de la première circonscription de l’Essonne, avec près de 66% des suffrages, face à l'UMP Cristela De Oliveira.

• Lebranchu, Cahuzac et Touraine au dessus des 60%

Dans le Finistère, Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l'Etat, a fait carton bien plein avec 61,11% des suffrages, tout comme le ministre du Budget Jérôme Cahuzac dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne avec 61,48%. La ministre des Affaires sociales Marisol Tournaine a également remporté la troisième de l'Indre-et-Loire, avec 60,21 %.

• Fourneyron, Vidalies, Pinel, Delaunay et Arif ne déméritent pas non plus

La ministre des Sports et maire de Rouen, Valérie Fourneyron fait un beau score de 57,96% dans la première circonscription de Seine-Maritime tout comme le ministre des Relations avec le parlement Alain Vidalies (59,12%). La ministre radicale de gauche, Sylvia Pinel (Artisanat) a été bien réélue avec 59,86% dans la deuxième du Tarn-et-Garonne. Michèle Delaunay (Personnes âgées) est élue avec 58,44% et Kader Arif (Anciens combattants) dans la dixième circonscription de la Haute-Garonne, avec 57,78% des voix.

Cas particulier, Michel Sapin, ministre du Travail et député sortant de l'Indre, se présentait en tant que suppléant de Jean-Paul Chanteguet qui a été élu avec 58,80% des voix.

Dix ministres de l'équipe Ayrault n'affrontaient pas le suffrage universel: Vincent Peillon, Pascal Canfin, Nicole Bricq, Arnaud Montebourg, Jean-Yves Le Drian, Dominique Bertinotti, Yamina Benguigui, Fleur Pellerin. A la mi-mai, Najat Vallaud-Belkacem puis Christiane Taubira avaient renoncé à se présenter aux législatives.

Lors des élections législatives de 2007, François Fillon avait lui aussi instauré la règle : ministre battu, ministre remercié du gouvernement. Ce qui avait couté sa place à Alain Juppé, alors ministre de l'Ecologie, battu dans la 2e circonscription de la Gironde.