Les mesures du projet UMP pour 2012

  • A
  • A
Les mesures du projet UMP pour 2012
L'UMP va présenter mardi, lors de sa deuxième convention, ses propositions en matière de justice, d'immigration, d'éducation et de laïcité pour 2012.@ REUTERS
Partagez sur :

Justice, éducation, immigration : Europe1.fr fait le point sur ce que l’UMP a annoncé mardi.

C’est à Villeurbanne, dans le Rhône, que s'est déroulé mardi la deuxième convention nationale de l’UMP. Le parti présidentiel y a présenté ses principales mesures en matière de justice, d'éducation, d'immigration et de laïcité, dans le cadre de son projet pour 2012. Le tout sous le thème du "rassemblement" et sous l’égide d’une large partie du parti. Tour d’horizon.

Fermeté judiciaire

L’UMP a prôné la fermeté en matière de délinquance mardi, en proposant notamment un code pénal spécifique pour les mineurs, avec des sanctions dès 12 ans. Avec l'autorisation de leurs parents, les jeunes délinquants seraient ainsi passibles de "travaux de réparation".

Le parti présidentiel veut également supprimer les réductions de peines automatiques et interdire les libérations conditionnelles pour les prisonniers qui n'auront pas purgé au moins les deux-tiers de leur temps de détention.

La séparation des fonctions de protection et de sanction du juge des enfants fait également partie du projet présidentiel de l’UMP pour 2012. De même, le parti de Nicolas Sarkozy a inscrit pour objectif d’élargir le nombre de places en prison à 80.000 en 2017.

Durcissement de l’immigration

Le parti présidentiel envisage également de nouvelles mesures vis-à-vis de l’immigration. Nicolas Sarkozy s’est déjà exprimé sur le sujet : l’UMP refuse d'accorder le droit de vote et d'éligibilité aux étrangers hors UE aux élections locales. Dans la même veine, le parti a proposé un durcissement des conditions du regroupement familial, l’augmentation du nombre effectif de reconduites à la frontière et de la capacité des centres de rétention administrative. Le parti présidentiel prône par ailleurs une réforme de l'espace européen de libre circulation des personnes, dit de Schengen, pour mieux en contrôler les frontières.          

Le projet de l’UMP prévoit également que tout enfant né en France de parents étrangers et souhaitant acquérir la nationalité française à la majorité devra, entre 16 et 18 ans, en faire la demande. Aujourd'hui, toute personne née en France de parents étrangers acquiert automatiquement la nationalité française à sa majorité si elle vit sur le territoire français ou y a vécu pendant cinq ans depuis ses 11 ans.           

Service civique obligatoire

Mardi, lors de la convention, l’UMP a appelé à une cérémonie d'entrée dans la vie citoyenne à 18 ans et à étendre la journée Défense et citoyenneté à une semaine entière en lieu et place de l'actuelle journée du même nom et, à terme, un service civique universel et obligatoire.

Afin de lutter contre le communautarisme, l'UMP propose notamment que les fonds étrangers destinés à la construction et à l'entretien de lieux de culte transitent par une fondation nationale propre à chaque confession.               

Accompagnement renforcé pour les élèves

En matière d’éducation, l’UMP se veut plus sévère. Le parti présidentiel dit souhaiter mettre en place une mesure qui interdit à tout élève d’entrer au collège sans savoir lire, écrire ou encore compter. Et de proposer un accompagnement personnalisé pour les écoliers en difficulté.

L’UMP plaide également pour "plus d'autonomie" pour les directeurs d'école, de collège et lycée dans la gestion du bugdet. Mais pas seulement. Le parti préconise également plus d’indépendance pour les proviseurs vis-à-vis des enseignants en matière d’évaluation, de recrutement ou encore de remplacements temporaires, et plus de liberté via le projet pédagogique. Et il plaide aussi pour l’apprentissage possible dès 14 ans.

Fin du collège unique

L'UMP veut par ailleurs enterrer le collège unique, mis en place en 1975 pour accueillir dans un même type d'établissement tous les élèves de la 6e à la 3e. "Pour que le collège soit une réussite pour chacun, nous souhaitons passer du collège unique au collège pour tous avec une plus grande personnalisation des parcours", ajoutent ainsi les auteurs du projet.

Le parti présidentiel propose de limiter le nombre d'enseignants en 6e et 5e, pour faciliter la transition entre primaire et collège, et d'expérimenter des établissements organisés par classes (6e-5e et 4e-3e) plutôt que par quartier, afin de "casser les ghettos scolaires".        

Enfin, une mesure proposée devrait être fortement critiquée dans la cour de récréation puisque l’UMP prône un allongement de la durée de l'année scolaire et une réduction des vacances d'été. En conséquence le parti envisage un allègement de la journée de cours pour les élèves.