Les JO en France ? Fourneyron prudente

  • A
  • A
Les JO en France ? Fourneyron prudente
@ EUROPE 1
Partagez sur :

La ministre a tiré un bilan positif des JO de Londres, insistant sur "la place du sport féminin".

Pour ses premiers Jeux olympiques en tant que ministre des Sports, Valérie Fourneyron a été plutôt bien servie. En termes sportifs, la France a bien figuré à Londres, et l’ex-maire de Rouen ne s’est pas privée de le dire. "Le bilan est extrêmement positif", s’est-elle félicitée lundi sur Europe 1. "A Pékin, la France était 10e nation, elle est aujourd’hui 7e", s’est félicitée l’ex-maire de Rouen. "Il y avait un objectif qui était d’augmenter la quantité d’or, et c’est vrai que ces 11 médailles qui sont au rendez-vous font très plaisir. Et l’état d’esprit de cette équipe nationale était exemplaire", a-t-elle jugé.

Valérie Fourneyron évoque "la magie des Jeux" :

La ministre des Sports voit "plusieurs motifs de satisfaction" dans la quinzaine écoulée. "D’abord la diversité des disciplines. Des médailles ont été décrochées dans 15 sports différents", a noté Valérie Fourneyron. D’autant plus profitable que "les Jeux olympiques sont une façon extraordinaire de mettre en avant des sports qu’on n’a pas souvent l’occasion de mettre en valeur", a-t-elle rappelé.

"Mélange des générations"

Valérie Fourneyron a aussi apprécié "la place du sport féminin". La ministre a énuméré : "Camille Muffat, Emilie Fer, Lucie Décosse et Julie Bresset, ça fait quatre médailles d’or. Or, c’est indispensable pour porter cette politique de développement du sport féminin. Et c’est une très belle exemplarité." Enfin, l’ex-députée de Seine-Maritime a vu dans la médaille d’or du hand masculin l’illustration du "mélange des générations".

La ministre des Sports n’a pas oublié que certaines disciplines avaient en revanche totalement raté leurs Jeux. "On était bien déçu pour l’escrime française", a-t-elle ainsi noté. Mais de toute façon, c’est toujours indispensable de faire des bilans, à la fois pour les disciplines qui ont réussi et celles qu’on attendait à un autre niveau. Ce sera fait dans les semaines qui viennent avec l’ensemble des dirigeants, l’ensemble des cadres. Avec les sportifs aussi, qui ont besoin de participer à cette analyse. Parce que ce sont les premiers déçus de ces résultats qui ne sont pas au rendez-vous", a-t-elle rappelé.