Les grandes propositions du candidat Sarkozy

  • A
  • A
Les grandes propositions du candidat Sarkozy
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le président-candidat a présenté l’ensemble de son projet dimanche à Villepinte. Inventaire.

Nicolas Sarkozy avait annoncé qu’il dévoilerait son programme lors de son méga-meeting de Villepinte, dimanche. Le candidat de l’UMP a donc listé les mesures qu’il avait proposées lors des semaines précédentes, en y a joutant deux nouveautés sur l’Union européenne. Si le chef de l’Etat peut encore réserver quelques surprises les grandes lignes de son projet sont désormais tracées. Europe1.fr liste par grands thèmes les principales propositions du président-candidat.

Union européenne
C’est la dernière salve de propositions en date. A Villepinte, Nicolas Sarkozy a dit son intention de réviser les accords de Schengen pour mettre en place un "gouvernement politique" de Schengen, d'une convergence des droits d'asile et des étrangers "dans les douze mois qui viennent". Il exigera également s’il est réélu que "l'Europe se dote d'un ‘Buy European Act’ sur le modèle du ‘Buy American Act’ pour que les entreprises qui produiront en Europe bénéficieront de l'argent public européen". Dans le premier cas, il menace de suspendre sa participation aux accords, dans le second de mettre en place la mesure unilatéralement en France.

Institutions
Nicolas Sarkozy a annoncé son intention de "redonner la parole au peuple" en cas de blocage sur des réformes, via le référendum. Il introduira aussi une dose de scrutin proportionnel pour les élections législatives, et souhaite réduire ne ombre de parlementaires. Quant aux parrainages, le président-candidat veut passer des 500 signatures à un parrainage de 3% de l’électorat.

Emploi
Le président sortant a annoncé que les chômeurs de longue durée devront suivre une telle formation qualifiante et qu’ils auront l'obligation d'accepter une offre d'emploi correspondant à cette formation. C’est l’un des sujets susceptible d’être tranché par référendum. Nicolas Sarkozy propose par ailleurs la création d'un "Comité national de la formation professionnelle" pour identifier chaque année, avec les chefs d'entreprises, les syndicats, les régions et l'Etat, les formations préparant à un emploi.

Pouvoir d’achat
Nicolas Sarkozy a promis le financement de quatre milliards d'euros d'allègements de cotisations sociales sur les salaires entre le smic et 1,3 smic par le recyclage de la Prime pour l'emploi et l’augmentation de la fiscalité sur les dividendes des entreprises afin d'augmenter le revenu de 1.000 euros par an niveau du smic, puis de façon dégressive jusqu'à 1,3 smic. Par ailleurs, le candidat de l’UMP veut généraliser l’expérimentation qui oblige les titulaires du RSA sans emploi de faire sept heures de travail d'intérêt général par semaine, rémunérées au smic.

Fiscalité
S’il est réélu, le chef de l’Etat a promis la création d'un impôt minimum pour les très grandes entreprises françaises d’une capitalisation d'au moins un milliard d'euros, d'abord sur le chiffre d'affaires mondial, puis, après signature de conventions fiscales, sur le bénéfice mondial consolidé. L’objectif est d’engranger deux à trois milliards d'euros de recettes par an pour l'Etat.    

Justice
En matière de justice, c’est la fermeté qui guide les promesses du président-candidat. Nicolas Sarkozy souhaite ainsi limiter les libérations conditionnelles au dernier tiers de la peine, ou encore abaisser le seuil des peines de prison pouvant être aménagées de deux ans à un an. Il propose par ailleurs l’instauration du droit d'appel des victimes en cours d'assises et en matière de détention provisoire et d'exécution des peines.    

Société.
A la polémique concernant la viande halal, Nicolas Sarkozy a répondu par la proposition d’instaurer l’étiquetage obligatoire des viandes en fonction de la méthode d'abattage, rituelle ou non. Il a, sur un tout autre sujet, proposé la création d'une agence nationale de recouvrement des pensions alimentaires qui aura pour mission d’aider les mères dont les anciens conjoins ne s’acquittent pas de leur pension.

Immigration
L’objectif global est de réduire de moitié, à environ 1000.000, le nombre d’immigrés légalement accueillis chaque année en France. Pour ce faire, Nicolas Sarkozy souhaite diviser par durcir les conditions du regroupement familial et des mariages mixtes, dont les candidats seront soumis à un examen, dans les consulats, sur la pratique du français et les valeurs de la République. Le candidat UMP propose également d’imposer des conditions de résidence (10 ans) et d'activité (5 ans) pour l'attribution du RSA et du minimum vieillesse à un étranger. Enfin, il veut limiter le régularisation des immigrés illégaux aux seuls "cas humanitaires". 

Education
La mesure phare en la matière, c’est la proposition d’augmenter de 25% le salaire des professeurs en échange de 26 heures de présence dans l’établissement contre 18 actuellement. Nicolas Sarkozy promet également la fin du non- remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite dans le primaire et en maternelle. Le président-candidat veut par ailleurs mettre en place l’autonomie des établissements, qui disposeraient notamment d'une liberté de recrutement.