Les fonctionnaires de l’Epad pourraient s’abstenir

  • A
  • A
Les fonctionnaires de l’Epad pourraient s’abstenir
Partagez sur :

Luc Chatel a affirmé dimanche sur Europe 1 que cette possibilité, destinée à apaiser la polémique sur Jean Sarkozy, "peut s’imaginer".

Le gouvernement compte bien mettre un terme à la polémique sur l’éventuelle élection de Jean Sarkozy à la tête de l’Epad. Dans ce but, son porte-parole, Luc Chatel, a émis dimanche sur Europe 1 l’hypothèse que les neuf membres du conseil d’administration de l’organisme public nommés par l’Etat puissent s’abstenir lors de l’élection du 4 décembre prochain.

"J’observe que dans le passé, il est déjà arrivé que les représentants de l’Etat ne prennent pas part au vote de cette élection, a déclaré le ministre de l’Education. Donc par souci de clarté et de transparence, on peut très bien imaginer que les représentants de l’Etat ne participent pas au vote. C’est aux ministres compétents (Economie, industrie, Culture)" de prendre la décision.

Le porte-parole du gouvernement a également répété le credo de la majorité sur cette affaire. Jean Sarkozy a été élu, et la présidence de l’Epad débouche d’une élection et non d’une nomination. "Il y a un moment où la chasse à l’homme, ça suffit", a-t-il conclu.

Luc Chatel a ensuite évoqué son domaine de prédilection, l’Education. Il a indiqué que l’expérience de la "cagnotte" anti-absentéisme imaginée par Martin Hirsch et expérimentée dans trois lycées de l’académie de Créteil, se poursuivait, malgré la réserve de Nicolas Sarkozy. "Je veux dire ma grande réticence à envisager une récompense financière pour les élèves qui renonceraient à l'absentéisme. Je ne peux accepter qu'on puisse récompenser des élèves simplement parce qu'ils vont à l'école", avait lancé le président de la république dans Le Figaro de vendredi.

"Ces expérimentations vont se poursuivre dans l’esprit que le président de la République a rappelé : pas d’argent versé aux élèves pour qu’ils viennent à l’école, a assuré Luc Chatel. Nous mettons en place des projets collectifs pour encourager les élèves dans leurs projets éducatifs. Nous voulons déclarer la guerre au décrochage scolaire, multiplions les initiatives."

Par ailleurs, le ministre de l’Education nationale a pris le contre-pied de Xavier Bertrand, qui s’est récemment prononcé en faveur de la suspension des allocations familiales aux parents d’élèves absentéistes. "Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure réponse à cette question", a répondu Luc Chatel. Enfin, le porte-parole du gouvernement s’est prononcé contre la proposition du Sénat d’interdire totalement le téléphone portable dans les écoles et les collèges. "Au collège en tous cas, je ne suis pas sûr que l’interdiction en dehors des heures de cours soit très réaliste."