Les féministes et les Sages

  • A
  • A
Les féministes et les Sages
@ MAXPPP
Partagez sur :

Elles prônent la nomination de trois femmes, lors du renouvellement du Conseil constitutionnel.

L'appel. Les associations féministes "Osez le féminisme" et "la Barbe" ont écrit aux présidents de la République, François Hollande, au président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, et au président du Sénat, Jean-Pierre Bel, pour leur demander de nommer chacun une femme au Conseil constitutionnel, lors du prochain renouvellement de l'institution, qui aura lieu en mars. "Messieurs Hollande, Bartolone et Bel : aux actes ! C'est à vous qu'appartient la responsabilité de nommer 3 femmes au prochain Conseil constitutionnel, institution stratégique de la Ve République, respectant ainsi vos engagements et amorçant avec volontarisme, la fin de l'hégémonie masculine au sein des grandes instances de la République", peut-on lire dans cette lettre publiée lundi par Le Monde.

Les chiffres. Aujourd'hui, sur neuf membres, on ne compte que deux femmes au Conseil Constitutionnel. Or, le mandat de ces deux Sages, Jacqueline de Guillenchmidt et Claire Bazy-Malaurie, prendra fin en mars. "Les femmes y sont donc en voie d'extinction !", regrette les signataires de cette lettre. Les associations féministes dressent un autre constat : "A ce jour, le Conseil constitutionnel n'a guère brillé en matière de partage du pouvoir entre les sexes : sur les 74 membres nommés depuis la création de l'institution, 68 hommes", souligne la lettre. "Et sans surprise, jamais une femme n'a été présidente ou secrétaire générale".

Déjà le Haut-Conseil à l'égalité. Dans un communiqué publié lundi, le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, installée le 8 janvier par Jean-Marc Ayrault et Najat Vallaud-Belkacem, a fait la même requête aux trois présidents. "Loin d’atteindre l’objectif d’un partage à égalité du pouvoir, ces nominations marqueraient la volonté de l’Etat de moderniser cette grande instance de la République en visant une composition paritaire en 2016", estime le Haut conseil.

Ce qu'avait promis Hollande. Dans leur lettre, les deux associations féministes rappellent la promesse de campagne du candidat Hollande. Le 8 mars 2012, lors d'un Congrès à Reims, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, François Hollande avait déclaré "qu'au lendemain du 6 mai (...) toutes les grandes instances de la République : Conseil constitutionnel, (...) seront également composées à parité. Autant de femmes que d'hommes".