Jack Lang et ses "tarifs préférentiels" au restaurant

  • A
  • A
Jack Lang et ses "tarifs préférentiels" au restaurant
@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

PATRON, L'ADDITION - L'ancien ministre a oublié de payer sa facture de restaurant. Mais il a une explication…

L'INFO.Jack Lang adore les falafels, le mezza et les baklawas. Il aime moins, semble-t-il, passer à la caisse. Le président de l'Institut du monde arabe (IMA), et sa femme Monique, ont en effet oublié, selon Le Canard enchaîné, de régler une facture de… 41.000 euros au traiteur libanais Noura, équivalent à 74 repas servis "à tarif préférentiel".

"Il nous a demandé d'opérer un tarif préférentiel de 25 euros TTC". D'après l'hebdomadaire satirique, l'ancien ministre de la Culture de François Mitterrand aurait, à son arrivée à la tête de l'institut, passé un accord avec le restaurant Zyriab, qui occupe le dernier étage et terrasse du monument, pour déjeuner à prix cassé (25 euros au lieu des 60 euros habituels). Ce que confirme pour Europe 1 Paul Bou Antoun président du traiteur Noura : "Il nous a demandé, à son arrivée, d'opérer un tarif préférentiel qui était de 25 euros TTC." Le ticket de caisse que publie Europe 1 confirme la ristourne accordée à Jack Lang.

bbbbbbbbb

"Il a demandé à changer notre carte libanaise en carte marocaine. On l'a fait. Mais cela n'a pas suffi à combler les desiderata du patron de l'IMA. Ce dernier a exigé une quantité de changements au traiteur pour faire affaire. "Il nous a demandé de revisiter le concept Noura. Dans un premier temps, nous avons soumis des projets sur le décor, puis sur la vaisselle et la tenue du personnel", assure Paul Bou Antoun. Ce n'est pas tout. Layale Bou Mansour, assistante commerciale de Noura à l’IMA, se souvient qu' "au début, il a demandé à changer notre carte libanaise en carte marocaine. On l'a fait. Il avait même demandé à changer la vaisselle, ce qu'on a fait avec une vaisselle beaucoup plus luxueuse. On a commandé un service de thé et de café spécialement pour son bureau".

Un "alignement sur les standards gastronomiques". Ces exigences, Jack Lang les assume. "Nous revendiquons pleinement les demandes qui ont été faites au délégataire Noura, en application stricte du contrat qui nous lie. Ces demandes ont effectivement porté sur la qualité de la prestation proposée par Noura, sur la diversité des prestations et sur l'alignement sur les standards gastronomiques", explique à Europe 1 David Bruckert, secrétaire général de l’IMA, qui parle pour Jack Lang. "Jack Lang souhaite nous faire passer sur un restaurant 'super gastronomique' de manière à pouvoir satisfaire ses besoins", traduit Paul Bou Antoun.

"Il a fallu une assignation pour que Lang se décide à régler ses factures". Mécontent de voir que ses demandes n'étaient pas toutes satisfaites, le président de l'IMA aurait ensuite résilié le contrat avec le restaurant et invoqué des "manquements". Mais sans payer sa note. "Malheureusement, il a fallu une assignation pour que Jack Lang se décide à régler une partie de ses factures", regrette Paul Bou Antoun. Réplique du camp Lang : "nous assumons pleinement d'avoir demandé une montée en gamme de la prestation assurée par Noura. Mais on ne l'a jamais obtenue, ce que nous déplorons très largement."

"L'IMA a réglé les factures". Mais pour être certain que le message est bien passé, David Bruckert a publié vendredi un droit de réponse qu'il a envoyé aux rédactions, dans lequel il assure que "l'IMA a réglé les factures dont les contreparties ont été vérifiées, en dépit de la brutalité de la demande de paiement adressée par Noura qui a exigé de l'IMA le règlement, dans des délais brusquement modifiés, d'une liste de factures mélangeant pêlemêle factures déjà réglées, factures non réceptionnées, factures qui venaient d’être apportées de la main à la main quelques jours plus tôt... En revanche, Noura n'a toujours pas réglé à l'IMA une dette de plus de 50.000 euros, constituée de factures dont la plus ancienne date du mois de décembre 2013." Conclusion : l'IMA a lancé un appel d'offres pour trouver un nouveau restaurateur. Les futurs candidats sont prévenus.