Les étrangers pourront-ils bientôt voter ?

  • A
  • A
Les étrangers pourront-ils bientôt voter ?
@ REUTERS
Partagez sur :

TOUT EST DIT - François Hollande a détaillé son calendrier de réformes. S'il est élu, il accordera le droit de vote aux étrangers en 2013.

Tous les matins, Laurent Guimier et la rédaction d'Europe 1 sélectionnent pour vous le meilleur des déclarations et des petites phrases politiques du jour.

 Ce mercredi, le candidat socialistes a donné des précisions sur le droit de vote des étrangers aux élections locales. Une mesure qui figure dans son programme. Dans l’entourage de France Hollande, tout le monde n’est pas d’accord pour en faire une priorité. Mais le candidat a d'ores et déjà tranché. Contrairement à Nicolas Sarkozy qui s’était seulement dit “intellectuellement” favorable à ce droit de vote, François Hollande promet de faire vite s’il est élu. Sur France 2, il a assuré que les étrangers pourraient voter aux municipales de 2014.

La mauvaise nouvelle de ce mercredi, c'est la faillite annoncée de l’entreprise “Néo sécurité”. 5.000 emplois seraient dans la balance. Du coup, le patron demande un prêt-relais de l’Etat de 15 millions d’euros. Et pour l'obtenir, il n'hésite pas à frapper à la porte de l’Elysée. Prudence, a immédiatement répondu Nicolas Sarkozy sur France Info. Le candidat-président réclame des explications avant de sortir le carnet de chèques.

Souvenez-vous : mardi soir, la sénatrice UMP Chantal Jouanno a dit qu’elle préfèrerait voter PS plutôt que Front National aux législatives si jamais l’UMP était éliminée au premier tour dans sa circonscription... Juste avant de confier qu'elle allait probablement se faire taper sur les doigts. Bingo: le Premier Ministre en personne a écouté Chantal Jouanno et il l’a trouvée “ridicule”. Mardi soir, François Fillon a précisé sa pensée. Il a estimé sur Canal + que son "amie" s'était fait piéger. 

Marine Le Pen est en colère. La fille de Jean-Marie n'apprécie pas du tout qu'on parle en mal de ses électeurs. Certains les ont même traités de “National socialistes”. Très en colère, elle s'est attaqué aux politologues de BFM TV, aussi crédibles qu'elle en danseuse du Crazy Horse. 

2012, année politique plus qu’érotique.

"Tout ça, c'est de la politicaillerie" (Marine Le Pen) :