Les élus PS inquiets et impatients

  • A
  • A
Les élus PS inquiets et impatients
@ MaxPPP
Partagez sur :

Des socialistes appellent Hollande à ne pas oublier l’électorat populaire et à aller plus vite.

La méthode Hollande, faite de concertation, commence à se heurter à certaines impatiences. Et son tournant social-démocrate inquiète l’aile gauche de sa majorité. Alors certains élus socialistes ont choisi d’interpeller le président dans un appel publié, lundi, dans Le Parisien. Focus sur ces thèmes qui font tanguer la majorité.

Édouard Martin

Le virage social-démocrate. Florange a laissé des traces. Selon un sondage paru dans le JDD, la popularité de Hollande et Ayrault est en chute libre. La classe ouvrière se sent trahie. La gauche de la gauche aussi, et elle entend bien le faire savoir. L’appel publié lundi a ainsi comme objectif de faire modifier son cap à François Hollande en tenant compte de "l’aspiration légitime des salariés et des ouvriers modestes à améliorer leurs conditions de vie matérielles". Cette quinzaine de parlementaires s’alarment du "scepticisme croissant des couches populaires et moyennes" à l’égard de la politique du gouvernement, alors qu’elles "ont joué un rôle clef dans l’élection de François Hollande". "Si le président ne veut pas perdre l’esprit du Bourget (NDLR : le meeting du 22 janvier qui lança la campagne du candidat Hollande), mieux vaut revenir aux fondamentaux", conseille le secrétaire national du PS, François Kalfon, toujours dans Le Parisien, pour qui "le pouvoir d’achat ne doit pas être la variable d’ajustement du quinquennat".

Et les députés de rappeler au chef de l’Etat son engagement numéro 14 : la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG qui rendrait davantage progressif ces deux impôts. Or, pour les signataires, "aucune contrainte technique ni budgétaire n’empêche de mettre en œuvre une telle réforme si la volonté politique existe".

>> A LIRE AUSSI : Ces déçus de François Hollande

Jean-Christophe Cambadélis

© MAXPPP

Le droit de vote des étrangers. Le sujet, promesse de campagne du candidat Hollande et véritable serpent de mer à gauche, semble repoussé aux calendes grecques, alors les socialistes entendent mettre la pression sur l'exécutif. Après "l'appel des 75", du nom des 75 députés socialistes qui avaient exhorté, le 17 septembre, François Hollande et le gouvernement Ayrault à accélérer la cadence, une pétition nationale a été lancée par Jean-Christophe Cambadélis, candidat défait à la direction du PS.

>> A LIRE AUSSI : Vote des étrangers, le PS met la pression

La procréation médicalement assistée. Dans une tribune publiée par Mediapart, fin novembre, une centaine de députés socialistes ont pris position en faveur du mariage homosexuel et de l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes. Ce dernier point n’est pas contenu dans le projet de loi du gouvernement, bien que François Hollande s’y soit dit favorable dans un questionnaire de l'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL) lors de sa campagne électorale. "On a ressenti le besoin de dire notre détermination et notre mobilisation à faire voter l'engagement 31 de François Hollande", avait alors expliqué Patrick Bloche, sur Europe 1.

hollande désir

© maxPPP

Depuis, le chef de l’Etat a clairement décidé de laisser la main aux parlementaires : "Si le Parlement - et je crois qu'il y aura des propositions d'amendements - décide d'aller dans le sens de la procréation médicalement assistée, le parlement est souverain", a-t-il assuré lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre hollandais Mark Rutte, mercredi dernier. Ou comment refiler la patate chaude aux élus.

>> A LIRE AUSSI : PMA, des élus PS interpellent Hollande