Elections de 2012 : une note très salée

  • A
  • A
Elections de 2012 : une note très salée
@ Reuters
Partagez sur :

LA FACTURE - Les élections de 2012 ont coûté 600 millions d'euros. Un chiffre dévoilé par un rapport de l'Inspection générale de l'administration (IGA), jeudi.

Plus de 600 millions d'euros : c'est la facture de l'organisation des élections présidentielle et législatives de 2012, selon un rapport inédit révélé jeudi par Le Parisien/Aujourd'hui en France. Selon ce document "confidentiel" de l'inspection générale de l'administration (IGA) qui dépend du ministère de l'Intérieur, "le coût total de la présidentielle et des législatives de 2012 s'est élevé, pour l'Etat et les communes, à 604 millions d'euros... dont 70% à la charge du budget national", écrit le quotidien.

La propagande coûte 200 millions. Premier poste de dépense : la propagande officielle imprimée, c'est à dire les professions de foi envoyées aux élections, qui ont coûté 203 millions d'euros. Les autres dépenses concernent, selon le rapport, l'établissement et la révision des listes électorales, l'organisation du vote par procuration (47,3 millions) ou celui des Français de l'étranger (16,6 millions d'euros).

De nombreux électeurs peuvent voter deux fois. Le rapport estime en outre que ce "dispositif d'organisation des élections est coûteux" et "d'une efficacité limitée car il ne facilite pas la participation à la vie démocratique", ajoute Le Parisien. Le quotidien cite parmi les dysfonctionnements "l'absence de fiabilité des listes électorales" et les "délais de livraisons" de ces listes qui expliquent, selon l'IGA, que ce système "offre à un nombre significatif d'électeurs la possibilité de voter deux fois". "Il y en aurait plus de 500.000 à être dans ce cas, soit plus de 1% du corps électoral", écrit le quotidien.

L'exécutif avait déjà prévu de faire des économies sur ces dépenses. L'envoi par courrier de la propagande électorale devait être supprimé l'année prochaine, le gouvernement prévoyant de les mettre en ligne. Mais lors de l'examen du budget 2015, les députés ont décidé d'annuler cette mesure, et de rétablir cet envoi au format papier. Vous continuerez donc à recevoir les professions de foi des candidats pour les élections départementales de mars et les régionales de décembre 2015.

>> LIRE AUSSI - Les bulletins de vote continueront d'arriver par La Poste