Les écolos de retour au gouvernement ? Ça discute, ça discute…

  • A
  • A
Partagez sur :

LES SECRETS POLITIQUES - François Hollande cherche à rassembler sa majorité, et donc à convaincre les Verts de revenir au gouvernement.

L'INFO.Cécile Duflot a clairement rejeté, lundi dans Libération, un retour des écologistes au sein d'un gouvernement qui "ne porte pas de solutions susceptibles de combattre la crise écologique et sociale". Et pourtant, selon les informations d'Europe 1, les discussions sont déjà en cours. Et il s'agit bien de fixer les conditions de leur entrée après les élections départementales, n'en déplaise à l'ancienne ministre du Logement.

Pour Valls, "c'est à eux de décider". Les écolos concernés - emmenés par Jean-Vincent Placé, Barbara Pompili et François de Rugy - n’en font pas mystère. Ils évoquent même assez tranquillement leurs discussions avec le président et le Premier ministre."L'objectif qui serait d'élargir le gouvernement aux écologistes ne me pose aucun problème. C'est à eux de décider", a confirmé Manuel Valls dans le Journal du Dimanche. Et l’Elysée confirme ces contacts.

duflot-et-valls

"Le rassemblement ne peut se faire par des débauchages individuels". L’objectif, pour l'heure, n’est pas de dealer des portefeuilles mais de créer les conditions d’un accord politique. "On ne peut pas partir avec trois mecs qui viennent et les autres qui disent qu'il ne faut pas. Le rassemblement ne peut se faire par des débauchages individuels mais par un accord politique et un engagement complet des partis", a ainsi prévenu un ministre important dans le JDD. Les discussions portent donc essentiellement sur des avancées écologiques : les modalités de la fermeture de Fessenheim, le calendrier de la loi sur la biodiversité ou encore les engagements sur le nucléaire dans la loi de transition énergétique.

Les Verts prêts à entrer au gouvernement ont bien compris qu’il n’y aurait pas de grande inflexion sur la ligne économique. Ce qui ne les empêche pas de négocier le fait d’obliger les entreprises qui touchent le CICE à privilégier des investissements écologiques.

La promesse des écolos. La discussion est donc essentiellement politique. Dans ce bras de fer, les écolos disposent d'un argument de poids dans leur manche. Un argument en forme de promesse, formulée par l'un d'entre eux : "si on rentre dans le gouvernement, c’est dix sénateurs et huit députés qui votent la loi Macron en deuxième lecture". Le genre de dot qui devrait donner le sourire à François Hollande et Manuel Valls.

>> LIRE AUSSI - L'idée de Cohn-Bendit pour rabibocher les écolos

>> LIRE AUSSI - Rugy veut "remettre l'écologie au cœur de la politique"

>> LIRE AUSSI - Rien ne va plus chez les écologistes

>> EN VIDEO - Hollande se donne un an pour reconquérir les écolos

>> LIRE AUSSI - C'est quoi l'écologie d'extrême droite ?