Les diplomates inquiets d'une possible arrivée du FN au pouvoir

  • A
  • A
Partagez sur :

De nombreux diplomates s'interrogent sur leur avenir si Marine Le Pen devait être élue présidente, en mai. Comme l'ambassadeur de France au Japon, certains envisagent le retrait.

Après la publication mercredi d'une tribune de l'ambassadeur français au Japon, qui refuserait de servir le Front national si celui-ci accédait au pouvoir, les langues se délient chez les diplomates. Dans le langage d'ordinaire si feutré du quai d'Orsay, certaines mots trahissent l'inquiétude de cette corporation en cas de victoire de Marine Le Pen. Certains font même le parallèle entre un exécutif FN et le régime de Vichy, en 1940.

"Notre ADN est incompatible" avec le FN. Au mois de mai, beaucoup de diplomates vont changer d'affectation quelques jours après le second tour de la présidentielle, le 7 mai. "Si Marine Le Pen arrive au pouvoir, je ne sais pas ce que je ferais", confie l'un d'entre eux. Se mettre en retrait ou, au contraire, continuer de servir le pouvoir frontiste avec lequel "[leur] ADN est incompatible", insiste un autre ? Selon certains diplomates, déserter massivement le quai d'Orsay reviendrait à laisser les clés de ce ministère au FN sans contre-pouvoir.

Devoir de réserve. Mais pour l'instant, tous les agents du ministère ont reçu mercredi une note de Jean-Marc Ayrault, qu'Europe 1 s'est procurée, les appelant à "garder leur sang-froid" et à "ne pas sortir de leur devoir de réserve" sauf à "alimenter la démagogie dirigée contre les fonctionnaires". Pour l'instant, l'initiative de l'ambassadeur Thierry Dana a été plutôt mal accueillie par les responsables politiques. Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a déclaré que "ce n'était pas le rôle d'un ambassadeur de s'exprimer ainsi". Directement visé, le Front national a réagi par la voix de Florian Philippot : celui-ci a encouragé l'ambassadeur à tenir parole et à démissionner.