Le projet de loi sur la transition énergétique adopté à l'Assemblée

  • A
  • A
Le projet de loi sur la transition énergétique adopté à l'Assemblée
@ REUTERS
Partagez sur :

C'EST VOTE - Le texte de Ségolène Royal vise à diminuer sensiblement la consommation d'énergie en France.

L'Assemblée nationale a largement adopté, mardi, le projet de loi sur la transition énergétique. Le texte a été voté en première lecture par 314 voix contre 219, tandis que 32 députés se sont abstenus. Ce sont l'UMP et le Front de gauche qui ont voté contre le texte, alors que les membres du groupe UDI se sont abstenus.

Ce projet de loi prévoit notamment de réduire à 50% la part du nucléaire en 2015. Porté par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, il a donné lieu à une semaine de débats houleux entre la majorité et la droite, qui a pratiqué l'obstruction parlementaire, mais aussi avec les écologistes, notamment après l'abandon de l'écotaxe.

>> LIRE AUSSI - Ce que prévoit la loi sur la transition énergétique

Une loi "référence" pour le gouvernement. Avec en ligne de mire fin 2015 la prochaine conférence mondiale sur le climat, le Premier ministre Manuel Valls, resté inhabituellement dans l'hémicycle pour ce scrutin, a salué ce projet de loi qui "fait honneur à notre pays" et "servira de référence partout en Europe et dans le monde". Se félicitant pour sa part de ce "grand moment parlementaire", Ségolène Royal a jugé que son texte montrait qu'"on peut réconcilier croissance, écologie et social".

Les écologistes partagés. L'ancienne ministre EELV Cécile Duflot a toutefois fait part du "sentiment double, espoir et déception" de son groupe, car "le gouvernement sur de nombreux points demeure loin de ce qu'il faudrait faire" et que "les lobbies nous freinent". "Le flou demeure sur le financement de la loi" qui se trouve "entachée de la suspension de la taxe poids lourds", a aussi déploré la députée de Paris, après cette annonce jeudi de Mme Royal sur l'écotaxe qui devait financer les infrastructures de transports. Le député écologiste de Gironde Noël Mamère s'est d'ailleurs abstenu pour cette raison.