Les conservateurs européens renforcés au sein du Parlement

  • A
  • A
Les conservateurs européens renforcés au sein du Parlement
Partagez sur :

Les partis de centre-droit, regroupés au sein du Parti populaire européen (PPE), restent la principale force politique de l'hémicycle, avec 267 des 736 sièges, soit un peu plus de 36% des élus.

Les conservateurs du Parti populaire européen (PPE) ont remporté les élections au Parlement européen avec 267 sièges, sur un total de 736 sièges dans l'hémicycle. Ces chiffres traduisent une victoire écrasante du PPE et ce alors que les conservateurs britanniques (27 dans l'hémicycle sortant) et tchèques (14 sortants) ne sont plus comptabilisés dans ce groupe politique qu'ils ont prévu de quitter.

Les conservateurs allemands de la chancelière Angela Merkel demeurent le premier parti d'Allemagne à l'issue des élections européennes malgré un score nettement inférieur à celui enregistré en 2004. L'Union chrétienne-démocrate (CDU) de Merkel et son alliée bavaroise, l'Union chrétienne-sociale (CSU), ont recueilli 38% des voix, selon les projections du Parlement européen, contre 44,5% il y a cinq ans. Le Parti social-démocrate (SPD), qui partage le pouvoir au sein d'une grande coalition avec Angela Merkel depuis 2005, stagne avec 20,8% des voix, soit un demi-point de moins qu'en 2004.

En Bulgarie, le parti de droite GERB a remporté les élections devant les socialistes du Premier ministre Serguei Stanichev. Le GERB, dont les membres rejoindront les rangs du groupe parlementaire conservateur du parti populaire européen (PPE), a recueilli entre 25,5% et 26,5% des voix et les socialistes entre 19,5% et 20%, selon les estimations des instituts Alpha, Sova-Harris, Gallup et NCIOM.

Le parti de Silvio Berlusconi, en Italie, remporterait largement les européennes en obtenant entre 39 et 43% des voix, contre 27 à 31% pour le principal parti de gauche, selon un sondage sortie des urnes de l'institut IPR à la clôture du scrutin à 22H00 locales.

La droite espagnole a également battu les socialistes au pouvoir en Espagne, avec 43% des voix contre 40,5%, selon un unique sondage à la sortie des urnes publié par la radio privée de droite Cadena Cope. Le Parti populaire (PP) espagnol remporterait ainsi de 23 à 24 sièges sur un total de 50 à pourvoir, contre de 21 à 22 pour le Parti socialiste (PSOE), selon cette estimation de la radio de l'épiscopat espagnol.

Le Labour du premier ministre britannique Gordon Brown est relégué dans une humiliante troisième position, avec 16% des voix, soit un recul de sept points par rapport aux dernières européennes de 2004, selon des projections établies lundi par la BBC. Les conservateurs ressortent comme prévu grands gagnants du scrutin, tenu jeudi au Royaume-Uni, avec 27%, devant le parti europhobe Ukip (17%), selon les calculs de la BBC établis à partir de vingt des 72 sièges de députés britanniques européens.

En Hongrie, la plus grande formation de l'opposition de droite, le parti Fidesz, arrive en tête avec 67% des voix, s'assurant une avance écrasante sur les socialistes du MSZP (19%) au pouvoir, alors que l'extrême droite fait une percée avec 8%, selon les estimations à la clôture des bureaux de vote.

En Slovénie, le parti démocrate SDS (opposition de centre-droit) a remporté les élections devant le parti social-démocrate SD du Premier ministre Borut Pahor, selon des estimations données par la télévision nationale.

Victoire également du parti conservateur autrichien, le ÖVP, avec 29,7% des voix, devant les sociaux-démocrates du SPÖ (23,8%), qui subissent une déroute historique, selon les résultats définitifs officieux, communiqués par la Commission électorale. Viennent ensuite le surprenant eurosceptique Hans-Peter Martin, soutenu activement par le plus grand quotidien du pays Krone Zeitung, avec une percée à 17,9%, contre seulement 13,98% en 2004, et une extrême droite en hausse par rapport à son score en 2004.

En Grèce en revanche, l'opposition socialiste est arrivée largement en tête devant le parti conservateur de la Nouvelle Démocratie (ND) du Premier ministre Costas Caramanlis, selon les sondages sorties des urnes des principales télévisions. Les scores du Pasok, socialiste, varient de 36 à 39,5% selon les fourchettes de ces chaînes, avec un écart de l'ordre de 6 points au détriment de la ND, créditée de 30% à 33% des voix. La ND avait enregistré 43% des voix en 2004, devançant le Pasok de 9 points.

Au Danemark également, les sociaux-démocrates, dans l'opposition, arriveraient en tête avec 4 mandats, selon un sondage sortie des urnes. Le parti social-démocrate recule à 21,8% des suffrages et perd un mandat, par rapport au scrutin de 2004. Les libéraux au pouvoir maintiennent leurs trois sièges et recueilleraient 20,8% et leurs alliés conservateurs de la coalition bipartite préservent leur unique mandat avec 12,4% selon cette enquête dont la marge d'erreur varie de plus ou moins 5%.