Les candidats FN sur les bancs de l’école
© MaxPPP

REPORTAGE - Le parti de Marine Le Pen prépare ses candidats pour les municipales de 2014.

L’info. Il n’y a pas qu’à l’UMP que l’on a l’esprit tourné vers les municipales de 2014. Et si Jean-François Copé entend recruter des candidats par petites annonces, le Front national, lui, à l’ intention de palier à l’une de ses faiblesses structurelles : son manque de cadres locaux. Pour cela, le parti nationaliste a même lancé des sessions de formation, auxquelles a assisté Europe 1.

>> A LIRE AUSSI : à UMP, les petites annonces de M. Copé

De 18 à 77 ans. Afin de mailler le territoire au mieux, le FN entend présenter le plus possible de candidats. Certains ont tout juste une vingtaine d’années, d’autres sont septuagénaires. Beaucoup ont un vrai besoin de formation juridique, politique et administrative avant de se lancer dans la bataille électorale. Venus de toute la France, ils sont réunis au siège du parti, à Nanterre.

Les candidats FN sur les bancs de l’école

"Gérer une commune, ça s’apprend". La salle de réunion du Front national est temporairement transformée en salle de cours. Sont présents ce jour-là 28 candidats studieux devant tableau et un écran de vidéo projection. Sur les tables, des classeurs bleus individuels, remplis de fiches sur les compétences d’une mairie ou les modes de scrutin. "Gérer une commune, ça s’apprend, ça ne s’improvise pas. Il est bon de se former pour aller devant les électeurs en étant un peu plus professionnels que d’autre", se félicite Quentin, futur candidat. "C’est surtout pour l’aspect technique électoral, tout ce qui est administratif. Pour éviter l’annulation de l’élection par exemple", poursuit Dominique, autre "élève" d’un jour.

>> A LIRE AUSSI : Comment le FN forme ses candidats

Les candidats FN sur les bancs de l’école

Objectif 2014… et 2017. Au Front national, on veut éviter, comme aux élections cantonales de 2011, les candidatures fantoches. Le parti, qui cherche à se crédibiliser en tant que parti de gouvernement, offre même un cours de stratégie politique à ses futurs représentants sur le terrain. "Avoir une présence physique, active sur le terrain, même dans les petites communes, car c’est comme cela que vous constituerez votre liste : en tapant aux portes. Puisque s’il y a une nouveauté au FN, c’est bien la volonté de notre présidente de pénétrer le monde rural", explique ainsi Michel Guiniot, cadre du FN.

Voire le parti de Marine Le Pen mettre l’accent sur les zones rurales n’a rien d’une surprise : c’est là qu’il réalise ses meilleurs scores. La patronne frontiste espère donc y décrocher des centaines de conseillers municipaux, voire des maires, avec une arrière-pensée : se constituer un vivier de parrains pour la présidentielle de 2017.