Les bonnes résolutions d’Eva Joly

  • A
  • A
Les bonnes résolutions d’Eva Joly
La candidate du parti Europe-Ecologie-Les Verts lance l'offensive pour 2012@ REUTERS
Partagez sur :

La leader écologiste a un plan de bataille pour devenir une candidate crédible à la présidentielle.

Eva Joly est la candidate déjà déclarée du parti Europe-Ecologie-Les Verts, qui réunit son bureau politique vendredi. Mais pour réussir le pari de la campagne présidentielle, l’ancienne juge sait qu’elle a fort à faire.

Après la dynamique liée à la création du nouveau parti écologiste, en novembre dernier, la leader écologiste avait connu des débuts médiatiques très hésitants.

Sa prestation ratée sur le plateau de Mots Croisés, sur France 2, face à Nadine Morano, en novembre dernier, avait marqué les esprits. Eva Joly est consciente du chemin qui lui reste à faire pour devenir une bonne porte-parole écologiste. C’est pourquoi elle a réuni une équipe d’une dizaine de personnes autour d’elle, dont Cécile Duflot, secrétaire nationale du parti, et d’anciens candidats verts à la présidentielle.

"Occuper le terrain"

Le plan de bataille débutera lundi, avec une réunion en petit comité, pour lancer l’offensive. Noël Mamère, deux campagnes présidentielles à son actif, fait partie de cette garde rapprochée. « Il faut qu’on la voie plus, qu’on l’entende plus, qu’elle rencontre plus de Français, et qu’elle montre ce qu’elle a dans le ventre, qu’elle se dégage un peu de ses obligations européennes pour se plonger sur le terrain".

L’ancien candidat à la présidentielle regrette que les écologistes n’occupent pas assez le terrain sur certains sujets phares : " je trouve que nous n’avons pas été suffisamment présents sur l’affaire du Mediator, il faut aider Eva pour qu’elle soit le meilleur porte-parole possible", confie-t-il.

Au menu de ces prochains mois pour Eva Joly : au moins un déplacement par semaine, souvent en banlieue, et du « média training » - des cours de communication, destinés à s’exprimer dans les médias - pour s’exercer à la "petite phrase ".

L’autre échéance, et non des moindres, sera de savoir si Nicolas Hulot se présentera ou non à l’élection présidentielle. Une information que le principal intéressé ne révélera qu’avant l’été. Pourtant, les Verts préfèreraient que ce soit tranché après les cantonales de mars, pour ne pas faire d'ombre trop longtemps à la candidate déjà déclarée.