Les avocats du couple Fillon demandent au parquet financier de se dessaisir de l'enquête

  • A
  • A
Les avocats du couple Fillon demandent au parquet financier de se dessaisir de l'enquête
Les avocats du couple Fillon ont annoncé avoir demandé au parquet financier de se dessaisir de l'enquête, jeudi. @ AFP
Partagez sur :

"Nous avons fait cette demande en conscience, afin de préserver les intérêts de nos clients, mais aussi et peut-être surtout au nom de l'État de droit démocratique", a expliqué l'avocat de François Fillon. 

Les avocats du couple Fillon ont indiqué jeudi avoir demandé au parquet national financier (PNF) de se dessaisir de l'enquête ouverte après les révélations du Canard enchaînésur les soupçons d'emploi fictif de Penelope Fillon, jugeant la procédure "illégale". "Nous avons aujourd'hui (jeudi) demandé au parquet national financier de se dessaisir de l'enquête préliminaire en cours", a expliqué Antonin Lévy, l'avocat de François Fillon, lors d'une conférence de presse. "Nous avons fait cette demande en conscience, afin de préserver les intérêts de nos clients, mais aussi et peut-être surtout au nom de l'État de droit démocratique." 

Une enquête "illégale". "Cette enquête viole les principes les plus fondamentaux du droit constitutionnel", a justifié Antonin Lévy, qui s'est exprimé aux côtés de Pierre Cornut-Gentille, avocat de Penelope Fillon. "Le parquet national financier s'est auto-saisi sur le fondement d'un délit, le détournement de fonds public, qui ne peut être reproché à un parlementaire de la République", a d'abord soulevé l'avocat. "L'absence de cette infraction rend le PNF incompétent pour enquêter et son enquête en devient illégale."

Plainte pour violation du secret de l'instruction. Le conseil a ensuite jugé que l'enquête faisait "l'objet de violations insupportables du secret dans lequel elle doit normalement se dérouler, autant de violations de la présomption d'innocence", estimant que les "fuites" sur ce dossier dans les médias étaient "systématiquement à charge". Les deux avocats ont indiqué avoir déposé une plainte pour violation du secret de l'instruction. Ils reprochent également au parquet "une grave atteinte au principe de la séparation des pouvoirs". 

Des droits "bafoués". Pourquoi cette demande intervient-elle deux semaines après l'ouverture de l'enquête ? "Les époux Fillon souhaitaient s'exprimer", a expliqué Antonin Lévy. "Mais François Fillon avait parlé d'une enquête rapide, mais il aurait dû dire rapide et légale. Vient un moment où vos droits sont tellement bafoués que vous vous devez de les faire respecter", a-t-il poursuivi. 

Pas de voie de recours. Il appartient maintenant au PNF de décider des suites qu'il entend donner à son enquête. Dans le cadre d'une enquête préliminaire, les avocats n'ont pas de voie de recours pour contester la procédure pendant les investigations, contrairement à une information judiciaire menée par un ou des juges d'instruction. Ils pourraient cependant contester la compétence du PNF lors d'un éventuel procès.