Les Amis de Nicolas Sarkozy visés par une plainte

  • A
  • A
Les Amis de Nicolas Sarkozy visés par une plainte
@ MaxPPP
Partagez sur :

Une élue d'opposition a porté plainte au sujet des frais engagés en septembre 2013 pour une réunion de l'Association des Amis de Nicolas Sarkozy à Arcachon.

L'INFO. En septembre 2013, l'Association des Amis de Nicolas Sarkozy s'était réunie à Arcachon, répondant à l'invitation du maire de la ville, Yves Foulon. Or, Mercredi, Anny Bey, élue municipale divers droite depuis mars à Arcachon – et exclue de l'UMP en 2013 pour avoir refusé de faire campagne pour Yves Foulon pour la législative en 2012 -, a indiqué avoir déposé plainte contre la municipalité au sujet des frais engagés. Elle soupçonne l'association d'avoir bénéficié de largesses de la commune.

 >> A LIRE AUSSI - Amis de Nicolas Sarkozy : un meeting aux frais des contribuables?

"Un faisceau de présomptions". Le Parquet a indiqué mercredi avoir pris acte de l'annonce par l'élue, mais n'avoir pas reçu son courrier, un délai logique, ajoutant que son examen et une décision sur une éventuelle suite à la plainte prendraient au minimum plusieurs semaines. L'élue explique avoir été alertée par un article de Médiapart de janvier, puis avoir mené sa propre enquête, réunissant "un faisceau de présomptions allant dans le sens" de plusieurs infractions présumées : des questions se posent notamment sur la mise à disposition gratuite par la Ville de tentes et d'une grande salle, sur une vente d'objets à l'effigie de Nicolas Sarkozy contrevenant au règlement d'utilisation de la salle, la prise en charge de frais d'hôtel et de bouche de membres de l'association, de taxis et d'heures de travail d'employés municipaux sur plusieurs jours.

A l'époque de l'article de Médiapart, Yves Foulon avait plaidé qu'il était tout à fait traditionnel que la ville mette à disposition la salle concernée ainsi que des tentes pour des manifestations à caractère politique et que, pour raisons de sécurité, le personnel municipal était seul habilité à les monter et démonter.

>> A LIRE AUSSI - Ces micro-partis qui roulent pour Sarkozy