Les ambitieux, le Titanic et un lapsus

  • A
  • A
Les ambitieux, le Titanic et un lapsus
Alain Juppé, Le Titanic, Rachida Dati, Jean-Pierre Raffarin@ MAXPPP - MONTAGE
Partagez sur :

D’Alain Juppé à Rachida Dati : retour sur les phrases politiques qui ont marqué la semaine.

Les ambitieux -"François Fillon et moi, nous n'avons pas fait le même métier (…). C'est la règle du jeu. Les prédécesseurs sont insuffisants et les successeurs ambitieux : un classique ". De Jean-Pierre Raffarin, qui relativise la "sévérité" de François Fillon à l'égard de son bilan à Matignon sous la présidence Chirac, de 2002 à 2005.

Piège en eaux troubles - "Ai-je intérêt à monter sur le Titanic ?". D’Alain Juppé. Selon le journal La Croix, il aurait tenu ces propos lors d’un déjeuner avec Nicolas Sarkozy. Les deux hommes évoquaient alors le prochain remaniement.

Un mauvais fils- "Nicolas Sarkozy n'est pas mon mentor". De François Fillon.

Internet, enjeu de la campagne pour 2012

The Social Network-"Je sais me servir d'un ordinateur, d'un Ipod, je suis ouvert à la modernité". De Bruno Gollnisch, candidat à la succession de Jean-Marie Le Pen, à la tête du FN.

Complot de famille- "On est en campagne permanente contre la gauchosphère. Sur internet, il est hors de question de laisser uniquement de la place pour les vérités de gauche". De Benjamin Lancar, président des jeunes UMP.

Les rapports argent-pouvoir

Wall Street : l’argent ne dort jamais - "C'est quelqu'un qui veut toujours plus, toujours plus gros". De Liliane Bettencourt évoquant son amitié avec le photographe François-Marie Banier.

Les liaisons dangereuses- "Les rapports de proximité politique entre les orientations éditoriales de TF1 et le pouvoir actuel pose le problème dans une démocratie comme la nôtre". D’Arnaud Montebourg dans une lettre envoyée au président-directeur général de TF1 Nonce Paolini.

"De bons Français" et un lapsus

37°2 le matin- "Quand je vois certains qui demandent des taux de rentabilité à 20, 25 %, avec une fellation quasi-nulle...". De Rachida Dati, eurodéputée UMP, qui voulait parler d'inflation.

Ma petite entreprise- "Si mon ministère peut être une machine à fabriquer de bons Français, je serai très heureux". Du ministre Eric Besson qui reprend à son compte l'expression d'un lecteur du Parisien qui l'interpellait.