Les 10 phrases marquantes de l'interview de Nicolas Sarkozy

  • A
  • A
Les 10 phrases marquantes de l'interview de Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy, dimanche soir sur France 2.@ Capture d'écran France 2
3 partages

SHOW - L'ancien chef de l’État a donné une longue interview dimanche soir, au 20h de France 2. Morceaux choisi.

Il revient. Deux jours après s'être déclaré dans la course à la présidence de "sa famille politique", Nicolas Sarkozy était dimanche soir l'invité de France 2. Pendant 45 minutes, il a parlé de la France, de lui, a reconnu des échecs, expliqué pourquoi il revenait sur le devant de la scène, taclé François Hollande et tenté d'apaiser son camps. Que retenir de l'interview ? Europe1.fr a sélectionné les dix phrases les plus marquantes.

>> LIRE AUSSI - Sarkozy : "je n’ai jamais prétendu être le sauveur"

- "Je n’ai jamais prétendu être le sauveur"

- "Qu’est ce qui reste de l’anaphore 'Moi Président' [de François Hollande] ? Une litanie de mensonges."

- "Est-ce que vous me prêtez deux neurones d’intelligence ? Si j’avais peur, est-ce que je reviendrais ? Je n’ai pas peur."

- "Qui me rendra mon honneur ? Est-ce que vous ne croyez pas que tout ceci [les affaires], ne sert pas certains desseins ?"

- "Je souhaite naturellement qu’il [François Hollande] aille au bout. Je l’espère."

- "Je ne suis pas venu pour expliquer aux Français que je serai candidat à la présidentielle en 2017."

- "Alain Juppé, je l'ai connu quand j'avais 20 ans, c’est un ami, c’est un partenaire, c’est un compagnon. J'aurai besoin de lui. (...) François Fillon, il a été Premier ministre pendant 5 ans, j'aurai besoin de lui."

- "Qu’un pays qui est la 5e puissance du monde, puisse avoir autant d’habitants qui soient désespérés, au point de croire Mme Le Pen, ça m’interpelle. J’ai envie d’aller les reconquérir."

- "Dans ma vie, j’en ai connu des trahisons, mais comme celle-là [celle de Patrick Buisson], rarement."

- "On a humilié la famille. […] Je n’utiliserai pas la famille contre les homosexuels, comme les homosexuels ont été utilisés contre la famille".

>> A LIRE AUSSI - Ce que Sarkozy a dit sur Hollande