Les 10 flops des législatives

  • A
  • A
Les 10 flops des législatives
@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - Guéant, Morano, Royal, Lang : ils sont les grands battus du scrutin. 

Guéant, Lefebvre, Morano à droite, Lang et Royal à gauche : certaines  têtes d'affiche ont perdu gros lors du second tour des législatives. Florilège. 

LES VAINCUS DE LA DROITE

# Claude Guéant battu par un autre UMP

gueant

© MAXPPP

Guéant battu à 300 voix près. L'ancien ministre de l'Intérieur et proche de Nicolas Sarkozy a vu, dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, le dissident de l'UMP Thierry Solère lui passer devant. Ce dernier, élu local, arrive en tête avec 39,35% des suffrages, devant l'ex-secrétaire général de l'Elysée (38,41% des suffrages) et la socialiste Martine Even (22,24% des voix). "Je tire deux leçons : d'abord comme à La Rochelle les électeurs ont récusé les logiques de parachutage d'un autre temps, et puis Boulogne est une ville de droite modérée et républicaine plutôt tournée vers les problématiques économiques", a triomphé Thierry Solère. >> En savoir plus ici

# Lefebvre n'étrennera pas les sièges de l'étranger

Frédéric Lefebvre

© Maxppp

Frédéric Lefebvre, ex-membre du gouvernement et ex porte-parole de l'UMP, est battu dans la première circonscription de l'étranger. 





# La stratégie de Morano a échoué

morano930
L'ex-ministre de Nicolas Sarkozy, a été nettement battue par son adversaire socialiste Dominique Potier, dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, où elle était élue depuis 2002. Dominique Potier a recueilli au 2e tour 55,67% des suffrages exprimés, contre 44,33% à son adversaire. Distancée au premier tour de près de cinq points déjà, Nadine Morano avait appelé immédiatement les électeurs du Front national (16,45% au premier tour) à se reporter sur sa candidature.

# Muselier perd une terre de droite

renaud muselier elysee maxppp 930620 06.07.11

© MAXPPP

Renaud Muselier a reconnu sa défaite dans la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône, se disant victime d'une "vague rose" face à la ministre déléguée en charge des personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti. "Il y a un résultat électoral qui n'est pas à la hauteur de nos espérances", a reconnu le député UMP sortant .

#Tron perd pied 

Tron 930

© MAXPPP

Le maire PS de Ris-Orangis, Thierry Mandon, 54 ans, élu avec 56,75% des voix dans la 9e circonscription contre Georges Tron, retrouve le siège que lui avait ravi en 1993 l'ex-ministre UMP, mis en examen pour viols. Le député sortant, maire de Draveil, a réuni 43,25% des voix. La campagne a été dominée par les ennuis judiciaires de Georges Tron, accusé par deux ex-employées municipales de Draveil de viols sous couvert de réflexologie. Juste après l'élection de François Hollande, il avait distribué aux habitants de la circonscription une "lettre personnelle", où il dénonçait "un complot politique" ourdi par ses opposants, notamment d'extrême-droite.

LES DEÇUS DE LA GAUCHE 

# Royal, couac de ces législatives pour le PS

17.06.segolene-royal.930620

© Gonzalo Fuentes / Reuters

Ségolène Royal, battue dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime par le dissident PS Olivier Falorni (DVG), a dénoncé une "trahison politique", considérant que le nouvel élu était "un député de droite". Elle a assuré qu'elle gardait "intacte" sa "volonté de servir" le territoire, car elle entend "continuer à peser sur les choix de la politique nationale". "Je remercie tous les Charentais-maritimes qui m'ont apporté leurs suffrages et je regrette de ne pas leur donner une belle victoire qui était possible pour la gauche dès le 1er tour s'il n'y avait pas eu de dissident", a-t-elle souligné. Olivier Falorni a été "élu avec le soutien de l'UMP". Il "a permis à la droite de réussir son tir de barrage contre la candidate de la gauche et ce soir c'est en effet un député de droite qui est élu, puisqu'il recueille plus de 75% de voix de droite et 25% de voix de gauche", a-t-elle affirmé. >> En savoir plus ici 

# Lang, victime de "luttes politiques médiocres"

07.01_jack lang MAXPPP 930x620.jpg

© MAXPPP

L'ancien ministre socialiste de la Culture Jack Lang, battu dans les Vosges par le candidat UMP Gérard Cherpion, a estimé que le département des Vosges avait été "victime de luttes politiques assez médiocres" et qu'il "méritait mieux". Interrogé sur BFM-TV, Jack Lang a jugé comme "une forme d'honneur" d'avoir été "black-listé" par Marine Le Pen qui avait appelé à le faire battre, mais comme un "grand malheur pour le département des Vosges que d'être montré du doigt".

LE MODEM EN DIFFICULTE 

# Bayrou quitte l'Assemblée

 
bayrou 930

© Max PPP

Le centriste François Bayrou, largement battu dimanche par une candidate PS dans son fief béarnais, ne retrouvera pas les bancs de l'Assemblée nationale où la famille centriste dans son ensemble devrait perdre de son influence. Il n'y a donc pas eu de miracle pour François Bayrou dans la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantique où le patron du MoDem était arrivé deuxième dimanche dernier derrière le PS et devait faire face à une triangulaire avec un candidat UMP. Au second tour, la candidate PS Nathalie Chabanne, inspectrice des finances de 39 ans jamais élue, l'a emporté par 42,78% contre 30,17% à François Bayrou, le candidat UMP, Eric Chabanne, obtenant 27,04%.

LES ECHECS DU FN 

# Marine Le Pen proteste

Devancée à Hénin-Beaumont d'une courte tête - 118 voix - par le PS Philippe Kemel, Marine Le Pen a demandé à pouvoir recompter dès lundi les blancs et les nuls dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Le cas échéant, le FN déposera un recours. Malgré ce revers, la dirigeante du FN a salué comme un "énorme succès" l'entrée de députés frontistes à l'Assemblée nationale. >> A lire : Le FN fait son entrée à l'Assemblée

 # Aliot, ça casse pour le numéro deux 

23.04 Louis Aliot 930x620

© Capture écran i-Télé

Louis Aliot, numéro deux du FN, est battu. Il obtient 23,24% des votes. Le divers gauche Jacques cresta est élu avec 42,95% des votes. Le député sortant UMP Daniel Mach qui recueille 33,82% des suffrages ne rempilera pas pour un nouveau mandat.