"L'Emission Politique" : un format "inédit" qui n’a réservé aucune surprise

  • A
  • A
"L'Emission Politique" : un format "inédit" qui n’a réservé aucune surprise
"L'Emission Politique" a rassemblé jeudi les cinq chefs des plus grands partis français
Partagez sur :

Les cinq invités de cette édition spéciale dédiée au bilan de la première année du quinquennat Macron sont tous restés dans leur couloir. Très rapide, l'émission de France 2 a néanmoins manqué de rythme.

Un casting cinq étoiles pour un format inédit : France 2 avait mis les petits plats dans les grands, jeudi soir, pour son édition spéciale de L'Emission politique intitulée "Macron an 1, le verdict". Les cinq grands chefs de partis français, Jean-Luc Mélenchon (FI), Laurent Wauquiez (LR), Christophe Castaner (LREM), Olivier Faure (PS) et Marine Le Pen (FN) se sont succédé devant la journaliste Léa Salamé. Tous ont eu 20 minutes de temps de parole, en étant interpellés par des personnalités de la société civile et en bénéficiant à la fin d'une "carte blanche", qui leur permettait d'aborder le sujet de leur choix.

Manque de rythme. Force est de constater que ce format d'émission, bien qu'annoncé comme exceptionnel, n'a pu faire oublier le dispositif original prévu, qui était celui du débat –que plusieurs participants ont refusé. Cette succession d'interviews rapides n'a pas réussi à imprimer un véritable rythme au programme, qui a par ailleurs repris des passages obligés d'anciennes versions, comme l'apport par chaque invité d'un objet dont il devait expliquer la signification. Si cela a permis à de nombreux téléspectateurs d'apprendre l'existence (et l'orthographe) de la tillandsia, plante sans racine choisie par Marine Le Pen, cette séquence ne fleurait pas vraiment le renouveau cathodique et est souvent restée très artificielle.

Chacun son couloir. Surtout, aucun invité n'a réellement pu sortir de son couloir, laissant à la fin du programme un goût de déjà-vu. Le format, qui ne permettait pas d'approfondir réellement ni de balayer un large spectre de sujets, ainsi que les questions posées, ont laissé chaque personnalité politique sur ses sujets de prédilection : à Olivier Faure l'éducation, à Jean-Luc Mélenchon l'écologie, à Marine Le Pen l'immigration. Finalement, chacun a semblé dérouler un exposé soigneusement préparé et très attendu avant de s'enfuir en oubliant qui ses fiches de retraite destinées à pourfendre la hausse de la CSG des retraités (l'objet de Laurent Wauquiez), qui sa balance pour symboliser la justice sociale (Olivier Faure). Le petit "je file, au revoir…" prononcé par Christophe Castaner en prenant congé résumait d'ailleurs parfaitement le côté "défilé" de cette Emission politique décousue.