L'Elysée de l'intérieur : ce documentaire instructif et sévère sur la présidence Hollande

  • A
  • A
L'Elysée de l'intérieur : ce documentaire instructif et sévère sur la présidence Hollande
@ Sébastien Calvet / La Générale de Production
Partagez sur :

VIDÉOS - Le réalisateur Yves Jeuland a pu filmer au plus près les coulisses de l'Elysée. Résultat lundi soir sur France 3.

En 2012, l'une des "plumes" de Nicolas Sarkozy, Camille Pascal, avait raconté son expérience dans un livre intitulé Scènes de la vie quotidienne à l'Elysée. C'est le titre qu'aurait pu prendre le documentaire d'Yves Jeuland que propose France 3 lundi soir et qu'Europe 1 a pu visionner en avant-première. Le réalisateur, qui avait déjà filmé au plus près Georges Frêche ou la rédaction du Monde, a eu portes ouvertes à l'Elysée pendant six mois. Il en a tiré un film étonnant à plus d'un titre, mais pas forcément flatteur pour François Hollande.

"Tu n'as pas de chaussures ?" Yves Jeuland n'a pas son pareil pour se faire oublier. Emmené dans les salons de l'Elysée, le téléspectateur assiste aux réunions des conseillers et s'imprègne de l'ambiance qui règne au Palais, faite à la fois de réunions studieuses et de moments de détente. Comme lorsque Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée et ami proche de François Hollande, appelle Emmanuel Macron à la suite de sa nomination à Bercy. "Tu n'as pas de chaussures ?", rigole-t-il au téléphone, avant d'enchaîner : "bon, ça va être bien ! C'est quand même exaltant, à cet âge-là, d'avoir en charge l'économie, les entreprises, l'industrie, tout ça".


La caméra s'est également introduite dans la salle du Conseil des ministres du gouvernement Valls 2, après le remaniement d'août 2014. On y voit un Thomas Thévenoud visiblement ravi d'avoir été nommé secrétaire d'Etat - il sera évincé quelques jours plus tard pour avoir payé ses impôts en retard -, ou un Jean-Marie Le Guen hilare, alors que Laurent Fabius reste concentré sur ses fiches.


"Vois Jack, il a des idées". C'est d'ailleurs après ce Conseil des ministres que l'on assiste à l'une des scènes les plus surprenantes : François Hollande et Manuel Valls en train de "briefer" Fleur Pellerin, tout juste nommée ministre de la Culture. "Vois Jack, il a des idées", intime le président. "Va au spectacle", conseille le Premier ministre. François Hollande approuve : "Tous les soirs, faut que tu te tapes ça. Et dis que c'est bien, que c'est beau. Ils veulent être aimés !"

Hollande impénétrable. Mais si l'on fait largement connaissance avec l'entourage de François Hollande, et notamment son omniprésent conseiller en communication Gaspard Gantzer, le film n'arrive pas à percer le président lui-même. De petits regards à la caméra trahissent un Hollande toujours attentif à ne rien laisser paraître. Et pourtant, Yves Jeuland était présent dans la voiture du chef de l'Etat lorsque celui-ci a appris la sortie du livre dévastateur de Valérie Trierweiler. Dans l'habitacle, le silence est total, le président est hébété. Son regard se perd sur la une de L'Equipe qu'il fixe machinalement, sous le choc.

Au-delà, le documentaire laisse l'impression d'un certain "bricolage" à la tête de l'Etat, où les calculs politiciens et le cynisme sont rois. Il faut au moins reconnaître à François Hollande d'avoir joué le jeu de la transparence et laissé la caméra d'Yves Jeuland l'approcher au plus près. Il n'a plus grand-chose à perdre, railleront ses détracteurs. Reste un film assez exceptionnel mais peu flatteur. François Hollande l'a d'ailleurs vu fin août. Il n'a pas été emballé.

>> A l'Elysée, un temps de président, lundi à 20h50 sur France 3